Camille Jaguelin : "L'objectif le plus important reste Paris 2024"
mercredi 28 novembre 2018

Camille Jaguelin
Camille Jaguelin, était déjà du voyage pour les Europe de Göteborg, à dix-sept ans seulement. © PSV

Jeune espoir du para-dressage français, Camille Jaguelin a du composer cette saison avec une blessure de sa jument Wimke. Ecarté des terrains de concours plusieurs mois, le couple a vu passer devant son nez une sélection pour Tryon mais a montré qu'il faudrait bien compter sur lui pour les saisons à venir en s'imposant dans le championnat de France de la discipline il y a quelques semaines.

Après une première année en équipe de France de para-dressage rondement menée, associé à Wimke, le jeune Camille Jaguelin a entamé la saison 2018 avec un objectif bien précis : une sélection pour les JEM de Tryon. Malheureusement, une blessure de sa jument l'a mis sur la touche une partie l'année. "Ca a été très dur moralement", se souvient Camille. "Pour un petit hématome, Wimke n'a pas tourné en compétition pendant près de cinq mois. C'était d'autant plus dur pour moi que lorsqu'elle s'est blessée, elle était avec moi à Saumur (Camille passait son DEJEPS, qu'il a validé, ndlr) et je l'ai fait rapatrier au Domaine équestre Grand Pin à Vidauban, où nous somme habituellement, pour que l'équipe dans laquelle j'avais toute confiance s'occupe d'elle. Mais je n'avais plus ma jument près de moi. C'était très sympa de monter les chevaux de l'école, mais rien à voir avec Wimke." Il faut dire que le cavalier entretient une réelle relation de confiance avec sa monture et n'en démord pas : "C'est ma jument de coeur. Même si la déception sportive lors de sa blessure était bien présente, le plus important pour moi à ce moment là était de la soigner."

Une fois la déception passée, Camille et son équipe ont tout mis en oeuvre pour permettre à la fille de Wordly de revenir à son meilleur niveau pour atteindre leur deuxième objectif de l'année, les championnats de France. "Lorsque je tentais de me qualifier pour Tryon, je ne pensais pas du tout à une médaille mondiale. Je sais à quel point le niveau des JEM est élevé, et je voulais surtout prendre de l'expérience. En revanche, pour le championnat de France, je visais le titre !". Et pour mettre toutes les chances de leur côté, Camille et Wimke ont participé à un concours quelques semaines avant le championnat national. "C'était une épreuve para dans laquelle j'étais le seul engagé, donc je ne sais pas si on peut vraiment parler de concours (rires), mais c'était l'occasion de lui faire refaire un tour de piste, de la remettre dans le bain. Comme ce n'était pas devant des juges internationaux, j'ai pu vraiment travailler durant cette reprise, sans chercher à réellement éviter les fautes, et je pense que ça a été très bénéfique !". Une méthode qui a porté ses fruits puisque à St Lô, à l'occasion du championnat de France de para-dressage du 9 au 11 novembre, Camille a pris la tête des opérations en grade IV dès le premier jour, en étant le seul à passer la barre des 70%. Il n’a pas quitté la pôle position du week-end et a terminé son championnat avec l’excellente moyenne de 72,542% et le titre national à son palmarès. 

"Maintenant, je ne pense plus à Tryon, ni même aux championnats de France. Je suis ravi d'avoir eu ce titre, d'autant que cette médaille appartient autant à mes parents, qui me soutiennent au quotidien, à mon équipe aux écuries, à mon coach Ludovic Martin, qu'à Wimke et moi. C'est vraiment un travail d'équipe ! Mais je me projette déjà sur la saison à venir. Nous avons des choses à améliorer : la qualité du rassembler, l'action dans le galop allongé, la stabilité dans l'attitude...". Le jeune para-dresseur a ainsi rendez-vous le 11 décembre pour un stage fédéral. Et si il vise évidemment une sélection pour les championnats d'Europe en 2019, "l'objectif le plus important reste Paris 2024 !"