Dressage: Valegro, cauchemar de Damon Hill

jeudi 28 août 2014

  • imprimer

Deux Allemandes, Kristina Sprehe, en bronze et Helen Langehanenberg en argent, ont accédé au podium du Grand Prix Spécial de cette septième édition des Jeux équestres mondiaux. Mais c’est la Britannique Charlotte Dujardin, déjà championne olympique et d’Europe, qui a imposé une fois de plus sa loi grâce à un Valegro en pleine possession de ses moyens. Les deux Français n’ont pas démérité, mais n’accèderont pas à la Libre réservée aux quinze meilleurs.

jem 2014 Charlotte Dujardin, Helen Langehanenberg et Kristina Sprehe largeL

FEI

Charlotte Dujardin, Helen Langehanenberg et Kristina Sprehe

Marc Boblet, repêché du Grand Prix, partait avec l’idée d’exploiter davantage que dans le GP  les atouts de sa jument, « mais, finalement, j’ai trouvé plus intelligent de montrer que Noble Dream Concept Sol pouvait désormais faire deux reprises consécutives sans les problèmes que nous avons connus précédemment. Elle a été disponible, toujours avec moi, mais il y a cette petite faute dans les changements de pied et toujours le piaffer qui fait chuter les points (la moyenne provisoire passe de presque 73,50 après le premier trot allongé à 70,36 après les deux premiers piaffers et le couple terminera 24e à 70,92%, ndla). Nous le travaillerons cet hiver ». 

Deux Français au Spécial

Quant à Arnaud Serre (27e avec 70,08%), lui aussi voulait monter un peu plus fort aujourd’hui, mais « l’ambiance était impressionnante à l’entrée sur le terrain (beaucoup d’applaudissements et AR-NAUD scandé par beaucoup pendant son tour de piste, ndla) et j’ai décidé de ne pas trop tenter le diable ». Robinson de Massa fait un très bon début de reprise, malgré des allongements du trot modestes, et le couple monte lui aussi près des 74% après notamment un très beau deuxième piaffer pas trop payé (7,8), mais une faute aux 2 temps va dérégler durablement Robinson qui va en commettre d’autres avant de finir sur une bonne dernière ligne. Mais avec 70,08. « Peut-être était-il fatigué (reprise hier en fin d’après-midi où il a beaucoup donné et ce matin, ndla), peut-être a-t-il été surpris par l’enchaînement des figures dans le Spécial que nous n’avons pas travaillées, car nous nous sommes focalisés sur le GP pour l’équipe ». Pour lui, qui n’a que neuf ans, les devoirs d’hiver seront « prendre de la force et travailler la gestuelle des épaules pour améliorer le trot allongé ». Les deux cavaliers restaient cependant contents d’avoir participé au GPS bien sûr, mais aussi de leurs chevaux qui se sont montrés disponibles et fiables, ce qui est encore récent pour Noble Dream, « Robinson ayant montré lui au cours de la saison qu’il l’était, mis à part le couac de Saumur où il avait sorti la langue ».

Chevaux exceptionnels en tête

Dans cette « compétition d’un niveau fantastique », comme le soulignera la présidente du jury de ce GPS, l’Australienne Susan Hoevenaars - comme l’avait déjà été le Grand Prix - la présence de ces deux Français est déjà un très bon point pour eux (à un niveau de scores bien moindre, cela ne s’était pas produit depuis 2006). La jeune Autrichienne (vingt-neuf ans) Victoria Max-Theurer, habituée des bonnes places et 6e avec un Augustin un peu moins décontracté que dans le GP mais encore très plaisant, signalait elle-même que « ce n’était pas facile de monter dans un tel groupe avec les meilleurs cavaliers du monde ». Et dans une ambiance déjà impressionnante, comme l’ont souligné les cavaliers et notamment les médaillées, ce qui promet pour la Libre.

Pour l’or et l’argent, il fallait être très au-dessus des 80% : 86,12 pour Valegro, qui a engrangé pas mal de 9 avec Charlotte Dujardin (et un piaffer à 7,9 alors qu’une impérieuse envie de crottiner – ça arrive même aux plus grands ! – aurait pu le pénaliser bien davantage) ; 84,46 pour Damon Hill (aucun 9) et Helen Langehanenberg, la différence entre l’athlétique Valegro et le menu Damon Hill – qui passait juste derrière son meilleur ennemi - apparaissant plus que jamais. 

Les 3e, Desperados et Kristina Sprehe sont loin, à 79,76, mais les 8e, la jeune Américaine Laura Graves (vingt-sept ans) et son énergique Verdades excellent au galop, ont encore 77,15. Vient ensuite un lot compris entre 75,92 (Arlando, neuf ans, avec Robinson de Massa, et  Diederick van Silfhout) et 74,90 (Painted Black/ Morgan Barbançon, benjamine de l’épreuve, vingt-deux ans). Sauf défection, avec 74, 87, l’Helvète Marcela Krinke Susmej ne devrait pas pouvoir entrer dans la Libre avec son bon Molberg Smeyers, car la seule nation qui avait quatre cavaliers dans ce GPS, les Pays-Bas, n’en qualifie que trois (Edward Gal, 25e), ce que le règlement autorise. 

Heureusement qu’il y a du beau sport

Le public s’est bien sûr régalé avec les reprises somptueuses des premiers, mais aussi d’autres instants tels que les passages hauts et très projetés d’Arlando, les changements de pied amples et souples de Half Moon Delphi/Michaël Eilberg, les pirouettes dans une attitude ultra classique de l’ex-retraité Digby/Nathalie zu Sayn-Wittgenstein, les appuyers de Johnson/Hans Peter Minderhoud ou de Legolas/Steffen Peters, etc. Tous mériteraient d’être cités pour une raison ou une autre. 

Manquait tout de même aujourd’hui Isabell Werth et Bella Rose (outre Totilas et Matthias Alexander Rath, mais déjà absent du Grand Prix) que tout le monde aurait tellement aimé revoir et suivre jusqu’en Libre. Et une cérémonie de remise des prix plus « cheval ». Seules les trois médaillées sont revenues en selle alors que le public est désormais habitué à revoir au moins pour un tour de piste les huit ou dix meilleurs couples. Et puis, comme pour la cérémonie par équipes, la montée d’un seul drapeau sur un vulgaire écran, aussi grand soit-il, manque de solennité et appauvrit la mise en scène d’un tel événement. Mais ça, c’est une autre histoire, celle de Jeux Mondiaux, curieusement organisés, qui suscitent décidément de très nombreuses critiques de toutes parts. Heureusement, la qualité du sport adoucit une certaine amertume. 

Marie-Hélène Merlin

Bucas
Couvertures pour chevaux
  • imprimer

0Commentaires

RENAUD L | 28/08/2014 10:11
Marie Hélène, vous en dites trop ou pas assez ! JEM curieusement organisés, dites vous ? Je vous rejoins sur le coup du drapeau sur l'écran géant, qui est un peu dommage, mais pour le reste, à quoi faites vous allusion ? Depuis le début de la semaine, je suis un spectateur averti, sur place, doublé d'un téléspectateur attentif : ma plus grosse amertume, c'est la pluie... et pour le coup on ne peut pas la mettre au passif de l'organisation... Alors précisez votre pensée ?


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A table N48 - François Xavier Boudant

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
Equitagada 21 master la jambe fixe

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr