Isabell Werth : "J'ai savouré ma reprise"
dimanche 02 avril 2017

Isabell Werth et Weihegold
Isabell Werth et Weihegold ont remporté la Coupe du monde à Omaha © Scoopdyga

Dix ans après son sacre à Las Vegas, Isabell Werth a de nouveau soulevé la Coupe du monde à Omaha ce samedi après-midi avec une jubilation communicative. Associée à son ultra brillante et appliquée Weihegold, elle décroche une moyenne de 90,704% et devance Laura Graves (85,307%), qui a également tout donné devant son public avec Verdades. Carl Hester (83,757%) complète le podium.

Ce qui épate chez Isabell Werth, c'est non seulement son équitation et sa longévité au top niveau mondial (pas moins d'une trentaine de médailles européennes, mondiales et olympiques dans son escarcelle depuis 1989), mais aussi son enthousiasme resté intact malgré déjà tant d'années de réussites internationales. La n°1 mondiale aime partager sa joie avec le public et avec son équipe. Son poing levé à la fin de sa Freestyle, ses reconnaissantes caresses à Weihegold, ses émouvantes embrassades avec sa propriétaire, Christine Arns-Krogmann, et sa mécène, Madeleine Winter-Schulze, ses larmes de joie sur le podium, ou encore sa jubilation juvénile lorsqu'elle a fait boire directement au goulot le champagne à Laura Graves, Carl Hester et aux grooms juste avant de se remettre en selle pour le tour d'honneur l'ont une nouvelle fois prouvé ce samedi après-midi à Omaha. "C'est une cavalière et une personne remarquable, confiait Madeleine, les larmes aux yeux. Elle aime ses chevaux et garde la même envie en piste. Depuis le temps que nous travaillons ensemble, c'est comme si elle faisait partie de ma famille et je ferai tout pour qu'elle continue à être heureuse !"

Ce nouveau sacre couronne en plus une saison hivernale exceptionnelle. Depuis ses deux médailles aux JO de Rio (or par équipes et argent en individuel) l'été dernier, l'Allemande a enchaîné les victoires avec insolence (20 sur 22 Grands Prix et Libres disputés avec ses trois chevaux de tête). "Je voulais boucler cette saison indoor avec notre meilleure freestyle, c'est chose faite ! J'étais vraiment très confiante aujourd'hui tant Weihegold était concentrée et relaxée. J'ai senti que c'était notre jour. Je me sentais tellement avec elle et avec la musique, que j'ai vraiment savouré ma reprise. C'était du pur fun !" A tel point qu'elle s'est mise à sourire lors de sa dernière ligne avant de saluer puis de laisser exploser son bonheur sous l'ovation des spectateurs du CenturyLink Center, bien plus nombreux aujourd'hui (8578) que lors du Grand Prix.

Laura Graves déçue

Même si elle a répété après le Grand Prix (lire ici) comme après la Libre "qu'être 2e derrière Isabell c'était comme gagner", Laura Graves avait, elle, du mal à cacher sa déception lors de la conférence de presse. En pleine ascension, la jeune Américaine (vingt-neuf ans) rêvait de s'imposer devant son public avec son fidèle et imposant Verdades, avec lequel elle prenait déjà la 4e place de la finale à Las Vegas il y a deux ans et aussi la 4e place individuelle lors des JO de Rio, où elle décrochait le bronze par équipes. "Je suis très compétitrice donc je suis forcément déçue. Je voulais gagner ici, dans mon pays. A la fin de ma reprise, j'étais vraiment super contente, mais je savais qu'il restait Carl et Isabell à passer. Et j'ai beau eu croiser mes doigts, ça n'a pas suffi... Mais c'est mon tout premier podium individuel, donc c'est quand même vraiment spécial et émouvant."

Une casquette vissée sur la tête, Carl Hester commentait, lui, comme toujours avec beaucoup d'humour le baiser échangé avec Isabell Werth sur le podium puis sa 3e place. "Nip Tuck a donné le meilleur donc je n'ai aucun regrets. Isabell et Laura étaient vraiment intouchables ce soir !"

Retrouvez les résultats complets ici