Jean-Michel Roudier : "Weihegold a montré une énergie très supérieure à Verdades"
dimanche 07 avril 2019

Jean-Michel Roudier
Jean-Michel Roudier © Scoopdyga

Jean-Michel Roudier était l'un des juges de la finale Coupe du Monde de Göteborg. Le Tricolore a donné les explications quant au classement, il est aussi revenu sur la reprise de Morgan Barbançon-Mestre et sur la notation globale de l'épreuve

L'Eperon : La finale Coupe du Monde de dressage s'est achevée en beauté, quel est votre sentiment général ? 

Jean-Michel Roudier : Quand un premier cheval a été noté à plus de 80%, je me suis dit "jusqu'où cela va aller ?". C'est allé crescendo. Pour nous les juges, la tension était extrême parce que tout était vraiment serré. Cela nous a demandé une concentration énorme. Heureusement, notre équipe de juges était très solidaire. C'était du très grand sport. 

Aujourd'hui, pourquoi Isabell Werth l'a emporté et non pas Laura Graves ? 

La jument d'Isabell a montré une énergie très supérieure à celle de Verdades. L'harmonie de Verdades était excellente, il avait aussi une énergie incroyable pour un cheval de cet âge là. Mis à part les changements de pied au temps, Isabell a vraiment réussi toutes ses difficultés, ses transitions étaient très difficiles, plus que celles de Laura Graves. Le niveau de difficulté de leurs reprises était à peu près équivalent. 

Dans la Libre, on pouvait peut-être s'attendre à mieux de la part de Daniel Bachmann Andersen, troisième du Grand Prix la veille... 

Aujourd'hui, j'ai trouvé le cheval un tout petit peu moins puissant et actif dans ses postérieurs. De temps en temps, peut-être parce qu'il était un peu fatigué, on voyait de petites résistances dans la bouche du côté droit. Cela m'a fait descendre un petit peu plus mes notes. Je pensais lui mettre un peu plus de points mais son cheval a été un peu moins souple et symétrique dans son contact. C'est l'activité des postérieurs qui a déterminé le classement. 

En parlant d'activité des postérieurs, on peut difficilement ne pas parler de Damsey FRH, le cheval d'Helen Langehanenberg qui a terminé troisième ?

Cela ne vous étonnera pas si je vous dit que j'ai mis 10 dans son dernier allongement au trot et 10 à l'arrêt ! D'autant plus que le cheval a parfaitement accepté ça. Aujourd'hui Helen était en pleine confiance avec son cheval, elle a pris des risques énormes. C'est elle qui a réalisé les meilleurs allongements au trois allures tout en faisant d'excellentes transitions, parce qu'elle était en harmonie avec son cheval.

Qu'avez vous pensé de la performance de Morgan Barbançon-Mestre, quatorzième avec 74.511 % ? 

Je suis très content parce que Morgan est en train de faire des progrès dans le piaffer avec son cheval. Elle ne perd pas de points dans ce qu'elle fait très bien c'est-à-dire les appuyer et les allongements. Elle a aussi amélioré ses changements de pied. Elle est sur la bonne voie. 

Certains cavaliers ont exprimé leur incompréhension face aux notes récoltées, comprenez-vous cela ?  

Tous ceux qui ne gagnent pas sont déçus de leur note. Pourtant hier aussi bien qu'aujourd'hui, nous avons été en harmonie dans la notation. Je pense que les jugements ont montré ce que l'on voyait à l'instant T, sans tenir compte du passé ou du futur ou de quoique ce soit d'autre. C'est le deal que nous avions fait avant de commencer : chaque mouvement doit  récolter la note qui nous semble la plus juste sur le moment. Les résultats l'ont prouvé : il y a eu peu de chevaux sur lesquels nous avons eu de grosses différences. Il faut savoir que quand il y a des écarts de note, cela peut aussi être du à notre position autour du rectangle. Par exemple, j'ai vu un cheval au trot allongé auquel j'ai mis 8 parce qu'il me semblait en équilibre et parfaitement régulier, du juge placé sur le côté il a récolté un 6,5 parce que ses postérieurs n'étaient pas si engagés que ça. Nous étions extrêmement concentrés pour la finale et nous en sommes tous ressortis vidés (rires). 

Compte-rendu à retrouver : ICI