Karen Tebar : « Ricardo était très chaud »

vendredi 17 novembre 2017

  • imprimer

Alors qu’elle déroulait le Grand Prix du CDI-W de Stuttgart, en Allemagne, ce vendredi matin avec Ricardo, la Française Karen Tebar revient sur sa reprise notée à 65,080%. La cavalière en profite pour nous donner de très bonnes nouvelles de Don Luis, de retour après plusieurs mois de repos des suites d’une blessure.

Karen Tebar et Ricardo largeL

Gilles Perina

Karen Tebar et Ricardo, 7e de l'étape Coupe du monde de Lyon

Karen Tebar, vous êtes sur l’étape Coupe du monde de Stuttgart avec Ricardo, comment s’est passé le Grand Prix ce matin ?

Pas si bien que cela. On a malheureusement eu deux grosses fautes dans les piaffers. Il était très chaud et regardant, c’était donc assez difficile. Je suis évidemment un peu déçue car il était très bien à la détente mais il a trop chauffé une fois en piste. Stuttgart n’est déjà pas un concours facile mais il n’y a pas eu que des mauvaises choses.

Ricardo n’était plus ressorti en compétition depuis le CDI 3* de Mannheim en mai de cette année en raison d’une blessure. Avant de venir à Stuttgart, vous l’avez d’abord emmené sur le CDI-W de Zakrzow, en Pologne, sur lequel vous étiez 7e  du Grand Prix et 5e de la Libre.

Oui, je suis sortie en Pologne fin octobre afin de préparer le concours de Stuttgart car je garde quand même un peu l’espoir d’accumuler des points sur la Coupe du monde. Je savais que cela serait risqué de venir ici à Stuttgart et malheureusement cela s’est révélé être le cas. Il aurait quand même fallu que nous sortions un peu plus avant de venir sur cette étape Coupe du monde mais cela aurait quand même pu être mieux. Malheureusement cela n’a pas marché, c’est comme ça, il faut l’accepter. Déjà, en Pologne, nous avions rencontré des problèmes sur le Grand Prix, différents de ceux rencontrés à Stuttgart, mais il s’agissait de son premier Grand Prix depuis très longtemps. Il y a eu des petites choses un peu partout et dans les transitions qui ne sont d’habitude par un problème pour lui. Dans la Libre, il était déjà beaucoup mieux. C’est un cheval qui a besoin de sortir et il est toujours difficile de prendre les bonnes décisions après un arrêt. Celle de venir à Stuttgart n’était peut-être pas la meilleure. Il est en forme en terme de santé et aussi en terme de dressage, mais il faut avouer que nous n’étions pas encore aussi prêts qu’il le fallait.

Et qu’en est-il de Don Luis ?

Don Luis va bien, il travaille maintenant normalement avec le passage, le piaffer, les changements de pieds aux temps. Il fait tout mise à part les appuyers et les pirouettes pour lesquels il a besoin de beaucoup de force. Il est sorti le matin une heure pour le travail et dans l’après midi 30 minutes au pas. En terme de santé il est très en forme, il a un rythme normal depuis 2-3 semaines maintenant. Il commence à perdre son ventre de repos (rires) et gagne en muscles, il est joli, il faut maintenant qu’on prenne notre temps avec lui.

Je vais désormais le sortir dans des clubs à côté de chez nous afin qu’il reprenne le rythme des sorties en concours dans le calme. En janvier prochain, il y aura un stage au Mans avec Jan Bemelmans sur lequel je vais l’emmener. Il nous reste encore quelques semaines pour préparer tout ça.

Après avoir été éloignée des terrains de concours depuis le milieu d’année, vous retrouvez maintenant vos deux chevaux en forme en ce début d’hiver. Quel est désormais votre programme avec chacun d’eux ?

C’est déjà un soulagement que les deux chevaux aillent bien de nouveau. C’était long et frustrant de devoir arrêter Don Luis puis Ricardo quelque temps après. C’était assez dur mais c’est la vie des cavaliers, c’est comme ça et il ne faut pas lâcher. Je veux désormais réfléchir à la suite du programme hivernal pour Ricardo notamment. Je vais parler avec Jan Bemelmans et discuter avec lui des solutions possibles pour que cela aille mieux. Il m’avait donné des conseils en Pologne sur des points précis qui se sont améliorés ici à Stuttgart. Je vais donc continuer, ne rien lâcher car je sais que j’ai un très bon cheval tout en sachant qu’il n’est pas facile. Il faut faire avec. Je l’adore quand même et on va réussir à avoir de meilleurs résultats très bientôt, je l’espère. Dés que j’en aurais le temps et la possibilité, je souhaite le sortir sur des concours nationaux en Allemagne. Je pense qu’il nous faut encore plus d’expérience ensemble en compétition.

Pour Don Luis, il travaille donc avec un programme presque normal. Il a beaucoup de condition mais comme je l’ai déjà dit il a encore besoin de force. Nous avons fait une IRM de contrôle de sa blessure et heureusement tout va bien de ce côté là. J’aimerais beaucoup attaquer les concours avec lui en début d’année prochaine.

 

 Photo d'archive

Propos recueillis par Elodie Muller

Horse Telex
La base de données du cheval
  • imprimer


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A Table 94 - Benoit Cernin

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
EQT 39 les coins

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr