Karen Tebar : "j'ai deux grands objectifs"
mardi 07 février 2017

Karen Tebar et Don Luis
Karen Tebar et Don Luis © scoopdyga.photo

Meilleure française aux Jeux Olympiques de dressage avec Don Luis, Karen Tebar a aussi brillamment terminé l'année avec son autre cheval Ricardo (7e et 8e des CDI-W de Lyon et Stuttgart). Toujours animée par le plaisir de monter, Karen revient sur son année 2016 et annonce ses objectifs pour cette nouvelle saison

Comment avez vous vécu l'année 2016 ?

2016 a été une très belle année pour moi d'abord parce que j'ai eu beaucoup de plaisir à concourir avec deux chevaux à ce niveau. Cela m'était déjà arrivé entre 2003 et 2006 avec Falada et Castello l'Ami. C'est d'abord une joie énorme de pouvoir monter tous les jours des chevaux aussi extraordinaires. Et puis ca me donne une routine sur ce niveau là.

Bien sûr le grand évènement, c'était les jeux. J'étais très heureuse de les refaire. C'est beaucoup de travail, de stress, des heures un peu tristes et puis le bonheur de vivre les jeux.

On a été en dessous des objectifs que l'on s'était fixés mais je n'ai pas de regrets. C'est le sport, avec des êtres vivants. Il faut savoir l'accepter. Et puis surtout on formait une grande équipe avec  le saut d'obstacles et le complet. On était un groupe homogène. On a pris du plaisir à suivre les autres. Ca m'a marquée et un peu changée aussi car on vit des moments très forts en termes d'émotion avec des gens qu'on ne connaissait pas si bien avant et aussi avec les cavaliers des autres nations. Après les jeux quand on se retrouve en concours, on a le sentiment de faire partie d'un groupe.

Je suis aussi très contente d'avoir fini la saison avec Ricardo. On se connait bien maintenant et on fait une bonne équipe.

Comment va Don Luis ?

Don Luis a eu une période de repos de 3 semaines après Rio, où il était juste longé. Il allait au pré, en promenade. Après il a eu un travail réduit jusqu'à fin novembre avec toujours des balades, et aussi des séances de cavalettis, de gymnastique. Un repos mental pour lui garder l'envie sans qu'il perde sa musculature. Il avait commencé les grands concours alors qu'il n'avait que 10 ans. Il a couru les jeux olympiques à 11 ans alors je trouve qu'il a besoin de se changer les idées. J'aime quand mon cheval me dit de lui même "let's go to work !"

Quel va être votre planning cette saison ?

Je ne veux pas commencer trop tôt les concours cette année car j'ai deux grands objectifs : les championnats d'Europe à Göteborg et aussi la prochaine saison coupe du monde avec la finale en France, à Paris, en 2018. C'est un super objectif à avoir ! Je prévois d'aller au CDI de Dortmund (2/5 mars) qui n'est pas trop loin de chez moi. Malheureusement on n'a le droit qu'à un seul cheval mais j'emmènerai l'autre pour l'entraîner. Après je prévois le CDI d'Hagen (26 avril / 1er mai) puis Compiègne, bien sûr (19/21 mai) et ensuite Rotterdam (22/25 juin). Et j'aimerai bien courir dès l'été une étape coupe du monde , Lipica, par exemple. J'ai des contraintes professionnelles plus importantes cette année car j'ai succédé à ma mère à la tête de l'entreprise familiale. J'y travaille depuis 10 ans mais maintenant il faut que je prenne plus de temps pour l'entreprise donc je dois établir mon planning aussi en fonction de cela. J'en discute avec Jan Bemelmans et Emmanuelle Schramm qui sont très ouverts.

Quel cheval privilégiez vous pour le Championnat d'Europe ?

Je laisse le choix à mes chevaux. Pour le moment c'est Don Luis qui est le meilleur mais je vois que Ricardo est bien motivé !