L'inoxydable Isabell Werth terrasse à nouveau ses adversaires à Göteborg
samedi 06 avril 2019

Podium Coupe du Monde Göteborg 2019
Laura Graves, Isabell Werth et Helen Langehanenberg, le podium gagnant de la finale Coupe du Monde 2019 © Scoopdyga

"Monter est ma passion, pas besoin de chercher de la motivation ailleurs, j'aime suffisamment ce que je fais", confiait la reine du dressage. Après trente ans passés à écumer les pistes du monde entier, Isabell Werth a gardé une motivation intacte. Pas étonnant donc de la voir encore briller comme ici, à Göteborg, où l'Allemande a glané son cinquième titre en finale Coupe du Monde.

Ce sont avec des tribunes combles et que s'est achevée la finale Coupe du Monde de dressage, et quelle finale ! Isabell Werth a une nouvelle fois su tirer le meilleur de Weihegold en concluant sa reprise avec 88.871 %. Mis à part une faute dans la ligne de changements de pied au temps, la cavalière a ensuite rattrapé le coup dans le travail au trot, récoltant même un 9,9 dans la pirouette au piaffer. "J'ai presque été un peu trop arrogante, ce n'était pas nécessaire, tout était vraiment parfait. Elle a réalisé un très bon allongement au galop, elle est très bien revenue pour la pirouette au galop qui suivait. Je suis aussi très contente du piaffer-passage qu'elle a réalisé". Portée par une foule électrique, l'Allemande s'est laissée griser dans la dernière ligne, terminant même sa reprise à une main. "Pour Weihegold, c'était tout simplement son jour ! Elle mérite vraiment cette victoire", confiait Isabell. Voilà maintenant trois ans que l'Alllemande domine ce circuit avec la puissante baie. A force de succès, l'Allemande en avait même oublié que sa toute première victoire en finale Coupe du Monde remontait à 1992, ici à Göteborg ! 

Un Top 10 de haute volée

La finale Coupe du Monde n'aura pas été sublimée que par la performance d'Isabell Werth : les autres concurrents ont délivré des prestations exemplaires : ils ont été dix à dépasser les 80% ! Laura Graves aura une nouvelle fois profité de l'entrain de Verdades, dix-sept ans déjà : elle termine deuxième avec 87.179 %. "Le public nous a vraiment donné beaucoup d'énergie aujourd'hui, Verdades aime cette ambiance. Son âge n'est pas un problème, si ça ne tenait qu'à lui il ne s'arrêterait jamais, il aime son travail. C'est à moi de faire attention et de prendre soin de lui".

Helen Langehanenberg a également présenté un Damsey FRH des plus brillants, notamment dans ses allongements dont plusieurs ont été notés à 10 par les juges. Pour l'anecdote, son dernier allongement au trot a d'ailleurs failli se terminer dans la cabine d'un juge. Sa reprise s'est soldée par une note de 86.571 % et une troisième place. "Je suis fière de monter ce cheval très très spécial et je suis très reconnaissante de pouvoir le monter. Il a dix-sept ans mais on dirait qu'il se sent de plus en plus jeune. A la fin de la reprise, il était prêt à repartir pour un tour. Pourtant nous avons eu une longue saison de qualification, c'est particulièrement difficile lorsqu'on est allemand". 

En conférence de presse, les trois cavalières ont longuement insisté sur l'attention et le respect porté à leurs chevaux. "Avec deux chevaux de dix-sept ans sur le podium, cela montre bien que les chevaux de dressage garde les chevaux en forme malgré les années", insistait la numéro un mondiale.  

Côté tricolore, Morgan Barbançon-Mestre termine quatorzième avec Sir Donnerhall II après avoir récolté la moyenne de 74.511 %. L'amazone a de nouveau rencontré des difficultés dans le piaffer et dans la pirouette au piaffer.

Les résultats complets