La Suède en tête, la France 6e à Compiègne !
samedi 19 mai 2018

compiegne 2018 Morgan Barbançon-Mestre avec Sir Donnerhall II OLD
Morgan Barbançon-Mestre avec Sir Donnerhall II OLD © Edouard Ecary

Le Grand Prix du CDIO 5* de Compiègne a particulièrement souri aux couples suédois qui après cette première journée de compétition prennent la tête provisoire de cette étape de la Coupe des nations. La France, en revanche, pointe pour le moment à l’avant dernière place.

Attendue comme la grande favorite sur le CDIO 5* de Compiègne, la Danoise Cathrine Dufour a tenu son rang en remportant ce samedi le Grand Prix avec Atterupgaards Cassidy. Sur un rythme métronomique et une activité quasi parfaite, le couple double médaillé de bronze aux derniers championnats d’Europe a présenté la meilleure reprise du jour, s’approchant de son record personnel grâce à une moyenne de 79,696%. Portée par ce résultat, la 6e place d’Anders Dahl avec Selten HW (71,348%) et la 18e place d’Ulrik Moelgaard avec Michigan (67,826%), l’équipe danoise pointe provisoirement à la 2e place du classement général de la Coupe des nations au soir de ce vendredi (25pts), devant les Pays-Bas (28pts) et derrière la Suède (10pts). En effet, se sont bel et bien les Suédois qui ont pris le meilleur départ sur cette deuxième étape du circuit Coupe des nations, grâce notamment aux très bonnes performances de Juliette Ramel et Patrik Kittel. En selle sur Buriel K.H, la cavalière est sortie de piste avec une moyenne de 74,783% malgré une grosse faute sur la première pirouette au galop, synonyme de 2e place. Sur ses talons, on retrouve son entraîneur et compatriote, Patrik Kittel, qui a présenté une Well Done de la Roche CMF très en progrès, déroulant même son meilleur Grand Prix (74,543%). Le couple se classe donc 3e. De leurs côtés, Antonia Ramel prenait la 5e place avec Brother de Jeu (72,326%) tandis que Rose Mathisen se classait 7e avec Zuidenwind 1187 (71,087%), propulsant donc logiquement cette équipe suédoise en tête avant le Spécial et la Libre de dimanche. Sur la troisième marche du podium provisoire par équipes, les Pays-Bas classent deux couples dans le Top 10, Hans Peter Minderhoud, 8e avec Glock’s Zanardi (71,022%) et Diederik van Silfhout, 9e avec Four Seasons 19 (70,717%), tandis que Patrik van der Meer terminait 11e avec Zippo (69,826%) et que Katja Gevers se classait 17e avec Thriller (68,152%).

 

Les Français en difficulté

 

La chance n’aura pas été du côté tricolore ce samedi en Picardie alors que l’équipe composée de Morgan Barbançon-Mestre, Marie-Emilie Bretenoux, Pierre Volla et Bertrand Liegard avaient les armes pour prétendre à une bonne place. Dés l’ouverture de l’épreuve, avec Bertrand Liegard, le sort des Bleus semblait être scellé. Mieux dans l’attitude notamment au galop, présentant de bons piaffers et une belle ligne finale, Bertrand Liegard et Star Wars ont malheureusement accumulé trop de petites fautes pour dépasser les 67,196% (20e).« Ce n’est jamais facile de passer en numéro un mais je suis déçu car il recule un peu dans le deuxième piaffer, il fait des fautes de rythme dans l’appuyer au trot à droite et je fais des fautes de compte dans le zig zag au galop. C’est dommage car l’attitude était plutôt mieux et il fait de belles pirouettes. Demain, dimanche, nous partons dans le Spécial qui lui convient bien. J’espère que la petite claque d’aujourd’hui va remettre les choses en ordre demain »,commente Bertrand. Même constat de déception pour Marie-Emilie Bretenoux qui se classe juste devant son compatriote (19e) avec Quartz of Jazz.« Il y avait des choses intéressantes comme la première pirouette au galop, les appuyers au trot, les lignes de changements de pieds. Je suis un peu déçue des points »,admet celle qui prendra le départ de la Libre dimanche.« J’aimerais faire aussi bien que sur le circuit Coupe du monde, à savoir entre 74% et 76% ».Pour sa première compétition sous les couleurs du drapeau français, Morgan Barbançon-Mestre réalise la meilleure performance tricolore avec Sir Donnerhall II OLD en prenant la 13e place (69%). Le couple, impressionnant sur les développements au trot et au galop, plus stable dans les piaffers et très efficace sur la dernière ligne, a malgré tout lui aussi commis des fautes qui coûtent cher sur la ligne des deux temps et le zig zag au galop.« Je suis super contente de notre travail au trot qui était le meilleur jusqu’à présent sur le Grand Prix. Je suis très contente des progrès sur le piaffer ainsi que de sa stabilité dans le contact. En revanche, c’est dommage car il a passé la langue dans le galop ce qui a entrainé les très grosses fautes sur les deux temps. Il a fallu que je le monte beaucoup pour terminer du mieux possible le travail au galop. Pour autant, je suis très contente d’être en équipe de France et tout le monde m’a très bien accueilli »,souligne-t-elle. Enfin, dernier couple français à s’élancer, Pierre Volla et Badinda Altena, semblait bien parti pour réaliser une très bonne reprise mais une faute sur le galop allongé allait tout faire basculer.« Elle remonte la langue ce qui est un incident qui peut arriver lorsque l’on monte à cheval. C’est dommage car en plus d’être bien je la trouve même en progrès. Elle était vraiment bien à la détente, elle ressort ses gros points de force. Je décide de ne pas abandonner dans ce Grand Prix pour l’équipe et demain je repars motivé pour dérouler le Spécial et montrer ce que l’on sait faire »,lance Pierre qui termine donc 23e (64,478%).

 

Rien n’est donc perdu pour la France qui n’est qu’à trois points de la Belgique, 5e et vingt-deux points de la Grande-Bretagne qui n’a aligné que trois couples à Compiègne. Le rendez-vous est pris pour le Grand Prix Spécial et la Libre.

 

 

Les résultats (http://www.worldsporttiming.com/contenu/documents/0001_012863.pdf)