Le doublé pour Isabell Werth et Weihegold !
samedi 14 avril 2018

bercy 2018 Isabell Werth
Isabell Werth © www.scoopdyga.photo

Isabell Werth a remporté sa quatrième finale de la Coupe du monde FEI, ce samedi après-midi dans l’AccordHotels Arena de Paris Bercy. En selle sur sa jument noire, triple championne d’Europe et vice championne olympique en titre, l’Allemande a réalisé le doublé coup sur coup, après son sacre à Omaha l’année dernière.

Elle la voulait cette victoire l’Américaine Laura Graves, mais c’est toujours dans les moments les plus importants que l’Allemande Isabell Werth revêt son costume de compétitrice intraitable, ce qu’elle a prouvé une fois de plus. C’est avec le visage fermé, le couteau entre les dents, qu’Isabell Werth est entrée autour du carré de dressage monté pour cette finale de la Coupe du monde dans l’impressionnante AccordHotels Arena.« Je connaissais les points que je devais améliorer par rapport au Grand Prix », lâche après coup la numéro 1 mondiale qui a déroulé une Reprise Libre en Musique agrémentée de développements au galop spectaculaires, de transitions parfaites et d’une activité irréprochable au passage et au piaffer avec Weihegold OLD. Un nouveau record personnel n’a peut-être pas été battu, mais la note de 90,657% est suffisante pour décrocher une quatrième couronne en Coupe du monde, la deuxième de rang avec la fille de Don Schufro de 13 ans.« Merci à Weihe qui a réalisé une performance fantastique. Elle est restée très concentrée, avec moi, répondant à toutes mes attentes. C’est certainement la meilleure reprise en musique que nous ayons déroulée ensemble », confiait Isabell Werth.

Et pourtant, la pression pesait sur les épaules de l’Allemande, seulement deuxième du Grand Prix la veille et poussée dans ses derniers retranchements par l’Américaine Laura Graves, plus avide de victoire que jamais. Pour sa deuxième finale de la Coupe du monde, la première en Europe, la cavalière qui n’évolue à ce niveau que depuis quatre ans avec son bai Verdades, a déroulé une reprise très technique, très énergique, avec une belle expression du hongre de 16 ans. Les difficultés se sont enchaînées sans le moindre problème et c’est en explosant son précédent record personnel (85,307%) avec une moyenne de 89,082% que Laura Graves a un instant rêvé de victoire.« Je savais qu’avec une moyenne pareille tout était possible et j’ai en effet pensé à la victoire un court instant, mais je ne m’attendais pas à réaliser un tel nouveau record personnel »,s’est-elle enthousiasmée avant d’ajouter :« Je vais désormais devoir travailler plus souvent sur ma Libre, comme je le fais avec le Grand Prix et le Spécial ».

 

Troisième podium en finale pour Unee BB

 

Derrière les deux leaders évidentes de cette finale de la Coupe du monde, la bataille a fait rage entre les concurrents. Et c’est la jeune espagnole, Morgan Barbançon Mestre, qui décroche la première grosse moyenne de la journée avec son expressif et gigantesque Sir Donnerhall II OLD, signant un nouveau record personnel à 76,207% (10e). C’est ensuite la Russe, Inessa Merkulova, avec son très bon Mister X, qui s’est emparée de la tête provisoire, notamment grâce à un travail au passage et piaffer impeccable (79,139%), alors que d’Edward Gal (Glock’s Zonik, 79,653%), Daniel Bachmann-Andersen (Blue Hors Zack, 80,532%), Madeleine Witte-Vrees (Cennin, 81,335%) et Dorothée Schneider (Sammy Davis Jr, 81,842%), aucun n’est parvenu à dépasser les 83,146% du Suédois Patrik Kittel avec Deja. Plus généreuse sur le piaffer que dans le Grand Prix, mais surtout impressionnante d’énergie sur tous les mouvements de la reprise très technique du cavalier, la jument de 14 ans a bien failli offrir son premier podium en finale de la Coupe du monde à son partenaire de jeu. C’est finalement l’Allemande Jessica von bredow-Werndl, dernière en piste avec Unee BB, qui a brisé le rêve du Suédois. Avec une moyenne de 83,725%, Jessica s’offre alors une troisième médaille de bronze sur le circuit indoor, après 2015 et 2016.« J’avais beaucoup de pression en partant en dernière position mais à la fois j’avais aussi beaucoup de motivation car je savais que je devais monter de la meilleure des façons pour battre Patrik. Je suis très fière de mon cheval, c’est très émouvant pour moi de décrocher un troisième podium en finale ».

Un podium donc féminin que le public a pu largement applaudir lors de la remise des prix, comme il l’a d’ailleurs fait tout au long de cette Reprise Libre en Musique. Car si ce public parisien a largement soutenu le Français Ludovic Henry, seul tricolore au départ de la finale avec After You (14e, 72,785%), il aura joué le jeu du début à la fois, recréant alors cette atmosphère si spéciale qui règne ici dans la mythique AccordHotels Arena de Bercy. Voir sa réaction à chaud ici et son interview avec son épouse Georgia ici

 

 

Les résultats complets (http://www.longinestiming.com/#!/equestrian/2018/1462/html/en/longinestiming/resultlist_D2.html)