Robinson et Arnaud Serre à jamais séparés

vendredi 18 mars 2016

  • imprimer

Arnaud en parlait toujours avec un grand respect et beaucoup d’affection. Robinson vient de mourir, d’une nouvelle crise de coliques.

Robinson-de-lafont_CHIO-Rotterdam-2014_knoll largeL

Eric Knoll

Robinson de Lafont Massa largeL

Robinson de Lafont Massa

Robinson de Lafont Massa

previous video next video

Après des débuts internationaux très convaincants au CDI de Vidauban en mars 2013 dans le Grand Prix 8-10 ans et une place dans l’équipe du CDIO au même endroit deux mois plus tard pour son premier Grand Prix, Robinson avait connu un début de saison 2014 chargé en prévision des Jeux Mondiaux. Arnaud Serre avait levé le pied en 2015 et veillait à ne pas en demander trop à son crack. Car c’en était un.

Le sort s’est acharné

Peu avant ces Jeux mondiaux à Caen, où il réalisa son record personnel et la meilleure performance française en Grand Prix (72,84% pour une 18e place qui le qualifiait au GPS), son dixième seulement après moins de deux saisons en grand tour, son éleveur Sylvain Massa disait de lui : « Son potentiel maximum est encore loin d’être atteint. C’est un vrai cheval de guerre. Il a tous les critères souhaités : mental, courage, force, franchise et écoute du cavalier ». Nous y ajouterons que Robinson était également très gentil et attachant. Pourtant, Sylvain Massa reconnaît volontiers qu’au début il n’avait pas trop cru en ce Lusitanien un peu disgracieux qu’il avait d’abord confié à Renaud Ramadier un des cavaliers de l’élevage, avant de le mettre en préparation à la vente chez Arnaud Serre en fin d’année de 6 ans. Arnaud réussit à convaincre Sylvain Massa et l’entraîneur, privé à l’époque, Jan Bemelmans du potentiel de Robinson qui montre très vite une très grande aptitude au rassembler et aux airs relevés.
Rien de surprenant à cela puisqu’il est le fils d’une des excellentes  juments base de l’élevage de La Font devenu Massa, Toutinegra, et surtout de Maestro JGB, que Jan Bemelmans monta jusqu’en Grand Prix et qui a aussi produit Ultra (Grand Prix sous selle russe). Un croisement imaginé par son propriétaire, dont l’objectif depuis qu’il élève est de rendre le Lusitanien performant en dressage international, ce qui ne l’empêche pas de faire naître aussi des croisés par mère lusitanienne et père allemand ou hollandais.
Et Robinson était sans aucun doute l’emblème de la réussite.

Une carrière trop courte

En 2013, Robinson avait engrangé de bonnes performances dont deux victoires à Pompadour, tout comme en 2014, avec une victoire à San Giovanni (Ita). Après un bon début de saison 2015 à Saumur (2e du GP avec 71,76), terrain qu’il n’aimait pas beaucoup pourtant, il se montre un peu inquiet au  CDIO de Rotterdam (69,52) et encore bien plus à Aix la Chapelle où il rate complètement ses championnats d’Europe. Heureusement il avait terminé sa saison sur deux bonnes 4e place à Madrid fin novembre, avant d’être atteint par une première crise de coliques qui l’avait amené dans un état critique à la clinique vétérinaire de Toulouse. Il y finissait sa convalescence avant son retour chez Arnaud et Anne-Sophie Serre prévu pour fin mars. Tout se passait bien nous avait dit son cavalier il y a une quinzaine de jours. Robinson, qui avait beaucoup maigri, reprenait des formes et avait commencé un lent travail souffle et de re-musculation sous étroite surveillance : « Nous avons préféré le laisser à Toulouse pour ne prendre aucun risque. De toutes façons, il sait tout faire », rappelait Arnaud qui n’anticipait pas pour autant sur la suite de sa saison avec Robinson. Il avait raison d’être prudent, mais ne pouvait pas imaginer qu’à quinze jours de rentrer chez lui, Robinson allait être foudroyé par de nouvelles coliques contre lesquelles le Pr Desmazières n’a rien pu faire. Robinson s’est éteint dans la nuit du 17 au 18 mars. C’est bien sûr une perte pour l’équipe de France, dont il aurait peut-être été un pilier cet été à Rio s’il était revenu rapidement en forme. Mais à onze ans il avait encore tout l’avenir et beaucoup de concours devant lui.
Sa disparition est surtout une énorme perte, sportive mais surtout affective, pour Arnaud Serre et tout l’entourage de Robinson, «Un guerrier au coeur d'or est parti, un cheval hors-norme, un ami....doté d'une générosité, d'un courage et d'une gentillesse sans égal »  (facebook Massa).

Marie-Hélène Merlin

  • imprimer


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A Table N43 Stéphanie Brieussel

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
Equitagada 21 master la jambe fixe

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr