Theo Besnier en forme à Pamfou
lundi 17 septembre 2018

Pamfou dressage
Théo Besnier, 19 ans, en selle sur Ghostrider US, un KWPN de 7 ans, remporte l’épreuve Amateur 2 Grand Prix avec une moyenne de 70.233%. © Béatrice Fletcher

Du 14 au 16 septembre, Isabelle Judet, Camille Judet-Chéret, Corentin Pottier et leurs équipes étaient mobilisées pour mettre en scène la 5ème édition du concours annuel de dressage proposé par Pamfou Dressage.

Au menu, pour les 145 cavaliers qui avaient répondu présent, une vingtaine de reprises Amateur et Pro. Comme le soulignait Camille Judet-Chéret, habituellement, "ce concours avait lieu au printemps, mais le calendrier étant très chargé à cette époque de l’année, nous avons choisi de le décaler à septembre. L’ambiance était très sympathique, comme d’habitude, nous avons la chance d’avoir des habitués qui viennent pour le sport, mais aussi pour passer un week end agréable. Au-delà du sport, c’est un moment de partage important qui permet aux passionnés de passer du temps ensemble. En tant qu’organisateur, c’est ce qui rend l’événement spécial. »

Côté participants, Camille le précise, l’objectif n’est pas de faire du nombre. « Nous limitons le nombre d’entrées par épreuve à un maximum de 10 cavaliers. Cela nous permet de ne mobiliser qu’une seule piste, de mettre en place cinq juges par épreuve (dont Alban Tissot, Alain Franqueville, Sandrine Trimborn, et Vivian Lindeman, venue des Pays Bas), de faire toutes les remises des prix à cheval, et de couvrir les cavaliers de cadeaux grâce au soutien indéfectible de nos partenaires. Notre philosophie est de nous amuser tout en visant l’excellence. »

Un jeune cavalier prometteur

Parmi les cavaliers qui se sont illustrés lors de ce week end, Théo Besnier, 19 ans, en selle sur Ghostrider US, un KWPN de 7 ans, qui remportait l’épreuve Amateur 2 Grand Prix avec une moyenne de 70.233%. L’élève de Claire Gosselin au Haras de Lauture (78) découvrait l’équitation à l’âge de 6 ans. « J’ai commencé par le concours complet chez Alexis Lemaire, mais pour moi la discipline du dressage est très naturelle. J’apprécie la rigueur et les aspects artistiques. Le cheval me fait ressentir beaucoup de choses, c’est ce que j’aime. » Théo, qui a choisi d’interrompre sa licence d’économie pour se consacrer pleinement à l’équitation pendant une année sabbatique, affichait sa satisfaction. « J’ai acheté Ghostrider fin 2017 en Hollande. Il est très travailleur, il donne beaucoup à son cavalier, en revanche il a besoin de prendre confiance et de s’apaiser, il est tendu et un peu sur l’œil." Le jeune homme, bien que conscient du travail qui reste à fournir, ne s’en cache pas, son objectif est d’atteindre le niveau du Grand Prix. En attendant, il sera à nouveau en piste dans les semaines qui viennent à Lamotte Beuvron et à Chelles, dans l’espoir de décrocher une qualification pour le championnat de France Amateur Grand Prix qui se tiendra au Mans fin octobre.

Résultats complets ICI