Virginie Gauthier : "Ravie et fière de la confiance qui m'est accordée"
mercredi 11 juillet 2018

© FFE/PSV

Un an à peine après son arrivée dans le groupe équipe de France, composé des couples en devenir, Virginie Gauthier vient d’intégrer le Groupe JO/JEM avec Dickens, le cheval qu’elle a formé. À vingt-six ans, la cavalière, qui a entièrement revu son organisation, espère bien compter pour les grandes échéances futures.

Il ne leur aura pas fallu longtemps pour se faire une place parmi les meilleurs couples de l’Hexagone. Un peu plus d’un an après leur premier CDI 3* et leur entrée dans le Groupe Équipe de France, Virginie Gauthier et Dickens continuent leur irrésistible ascension. Ainsi, ils décrochaient, en juin dernier, la neuvième place du Grand Prix du CDI 4* d’Achleiten où ils décrochaient la moyenne de 67.239%, et la huitième place dans le Grand Prix Spécial (66.617%)."Nous avons fait trois concours d’affilée afin de cibler les problèmes rencontrés avec le cheval. C’est moi qui l’ai formé et il a pris mes défauts !", rigole la cavalière de vingt-six ans, qui a posé ses valises en Allemagne, il y a trois mois. 

Désormais, elle monte au sein des écuries Meggle, en Bavière, où elle évolue aux côtés de Matthias Bouten et est en charge d’un piquet de huit jeunes chevaux, qu’elle compte bien emmener au plus haut niveau. "À l’heure actuelle, aucun n’est en mesure d’épauler Dickens sur le Grand Prix. En revanche, ils le seront dans à moyen terme." En attendant, l’ancienne élève de Dominique et Stéphanie Brieussel s’épanouit pleinement dans sa nouvelle vie. "Tout se passe extrêmement bien. Je monte plusieurs chevaux différents, des jeunes et des moins jeunes, et j’ai la chance de travailler avec Matthias, qui m’apprend énormément."

La cavalière n’est pour autant pas déconnectée d’avec la France. Ainsi, après un suivi régulier avec Jan Bemelmans, entraîneur national, elle vient d’intégrer le prestigieux Groupe JO/JEM, qui rassemble les couples en vue pour les prochaines grandes échéances. "Je suis vraiment ravie et très fière de la confiance que m’accorde la Fédération française d’équitation, surtout malgré mon âge et celui de Dickens." Pour autant, Virginie Gauthier garde les pieds sur terre."C’est peut-être un peu tôt pour les Jeux équestres mondiaux, mais je vois plus loin. Je pense notamment aux championnats d’Europe et aux Jeux olympiques de Tokyo. Dickens sera dans le bon âge pour ces deux échéances, d’autant plus qu’il ne fait que progresser." Et la jeune femme a raison d’y croire. "Jan est content de ce qu’il a vu. Il trouve que nous évoluons dans le bon sens." Pour autant, il n’est pas question d’aller trop vite. "Nous avons fait ces trois concours d’affilée qui ont permis de mettre en évidence notre progression mais également les problèmes que nous pouvons rencontrer. Maintenant, nous allons prendre le temps qu’il faut pour caler les choses en travaillant beaucoup à la maison sur les points sur lesquels nous sommes le moins à l’aise." Le couple devrait donc passer l’été loin des rectangles pour peaufiner sa technique et revenir sur un CDI allemand, en septembre prochain.