Dérives en endurance : les vétérinaires s'en mêlent...encore !
lundi 26 décembre 2016

Endurance
Endurance © FEI/Henry Browne

Alors que les courses d'endurance ont été marquées depuis le début de l'automne par de nombreux accidents, l'Association vétérinaire équine française (AVEF) et la Ligue française pour la protection du cheval (LFPC) alertent une nouvelle fois sur les dérives de l’endurance équestre en matière de bien-être animal et de dopage.

Les courses françaises d'endurance du mois d'octobre 2016 ont été entachées par de nombreux accidents. Le 15 octobre 2016, lors d’une épreuve d’endurance équestre internationale à Fontainebleau, deux chevaux, Ariane d’Oudairies et Castlebar Contraband, ont été victimes de fractures mortelles. La semaine suivante, le 22 octobre 2016, lors d’une épreuve CEI2* à Tartas, la jument Deva de Royal a subi le même sort. 

Choquées par ces nombreux incidents, l'AVEF et la LFPC appellent les autorités et la Fédération équestre internationale à "un renforcement de la lutte contre le dopage et une plus grande transparence". En matière de transparence, les deux associations pensent notamment aux rapports d'autopsie des chevaux malheureusement morts en course et qui ne sont pas rendus public. Elles ne mâchent pas leurs mots pour décrire la situation actuelle de l'endurance, qualifiant les dérives que connait la discipline d' "inacceptables" et "récidivantes", pointant du doigt tant les courses internationales que celles organisées en France.

Ce n'est pas la première fois que les professionnels donnent fermement et publiquement leur point de vue. Cette alerte sera peut-être la bonne...

Commentaires


BERTRAND A | 27/12/2016 22:16
FFE impuissante? Intérêts croisés? Quelle est la position des autorités fédérales?