Margaux Bouchery : “en horse ball, le niveau s’est élevé”
jeudi 31 août 2017

Margaux Bouchery
Margaux Bouchery © Sylvia Flahaut

Championne d’Europe de horse ball Ladies, Margaux Bouchery, 21 ans, revient sur le titre dont s’est emparée l’équipe de France mi-août, à Saint-Lô. Licenciée à Meurchin, dans le Nord/Pas-de-Calais, la cavalière indique que le niveau de compétition s’élève d’année en année.

Quel bilan tirez-vous de ces championnats d’Europe?

C’est évidemment très positif ! Mais honnêtement, il a vraiment fallu se battre pour aller chercher la médaille d’or. En ce qui concerne la catégorie Ladies, la demi-finale a été particulièrement tendue. A la mi-temps, nous étions menées par des Portugaises très offensives. Mais nous sommes parvenues à redresser la barre en deuxième partie de jeu. Lors de la finale contre les Espagnoles, il y avait également un sacré niveau. Tout était vraiment bien organisé et rediffusé en live, ce qui donne aussi de la visibilité à notre discipline. Je retiens également l’ambiance qu’ont instaurée nos supporters dans le manège de Saint-Lô. Mémorable !

Cette médaille d’or et celle des U16 offrent deux titres à la France, mais sont également une belle vitrine pour Meurchin Equitation, où plusieurs membres de la sélection nationale sont licenciés…

Effectivement. Chez les Ladies, nous sommes deux à monter à Meurchin. Valentine Descamps et moi-même. On représente un quart de l’effectif de l’équipe de France! Chez les moins de 16 ans, trois cavaliers de Meurchin entrent dans la sélection : Antoine Parmentier, Victor Lazzarotto et Elsa Verdez. Notre équipe a d’ailleurs remporté le titre de champion de France Cadet Elite en juin dernier à Lamotte Beuvron.

Quels sont maintenant les objectifs pour l’équipe Ladies de Meurchin?

Clairement, de récupérer le titre de championnes de France que nous avions glané en 2015. Nous nous sommes inclinées deux années de suite contre Agon Coutainville et notre objectif est de récupérer l’or. Notre entraînement reprend début septembre, dans quelques jours. En 2018, il n’y a pas de championnat d’Europe, nous nous consacrerons donc sur le titre national. En octobre, les joueuses d’Agon viendront d’ailleurs s’entraîner à la maison : ce sont nos adversaires sur le terrain, mais on s’entend très bien avec elles et c’est bénéfique de pouvoir les affronter à l’entraînement.

Premier match de la saison pour les Ladies, le dernier week-end d’octobre à Cagnes-sur-Mer.