Tous les feux au vert pour le 1er printemps Style et Equitation
mardi 19 avril 2016

Printemps style et equitation
Claude Lanchais, instigatrice du Printemps Style et Hunter, en compagnie de Lionel Langlet qui a apporté son concours à l'organisation des compétitions. © Catherine Roux

La discipline du Hunter s’était fixée rendez-vous au parc équestre Lamottois pour une semaine studieuse entre formation et application en compétition. La pleine réussite de l’événement est à souligner.

Entre l’organisation des sessions en salle, la pratique sur le terrain et le management des épreuves, l’équipe qui entourait l’instigatrice de l’événement, Claude Lanchais, n’a pas chaumé entre le 12 et le 17 avril. En amont, ce printemps du Style et de l’Equitation s’annonçait confidentiel, l’enregistrement de réservations de stages s’étant fait très progressivement. Au final, de nombreux cavaliers (plus 700 engagements sur les différentes compétitions), tous niveaux confondus ont pris part à l’événement tout comme des entraîneurs, des chefs de piste, des présidents de jury, tous coachés par un panel important d’intervenants spécialistes de la discipline. « C’est la première fois qu’une discipline rassemble toutes ses composantes » soulignait Jacques Robert qui intervenait pour le stage Style. Pour sa part, Claude Lanchais s’avérait satisfaite des premières remontées, tant parmi les cavaliers individuels qui pouvaient suivre un stage à la carte que les clubs (très présents sur place en cette période de congés) qui ont agréé le projet pour diversifier les activités proposées à leurs ouailles. « Nous avons évoqué toutes les facettes du Hunter, les différentes épreuves et niveaux, figures imposées, maniabilité, grand prix et ajouté la destination Derby qui a fait beaucoup d’adeptes pour son côté ludique entre obstacles et passages obligés dans une carrière qui offrait de nombreuses opportunités » souligne Claude Lanchais qui confirme avoir comptabilisé sur l’ensemble de la semaine 360 stagiaires. « Du flou de départ, nous sommes passés à quelque chose de très élaboré dans une ambiance conviviale et qui a permis des échanges fructueux » confirmait l’instigatrice. Un exemple, une monitrice venue de Normandie avec ses élèves suggérait suite à l’évocation faite par un parent présent: la distirubution d’une sorte de brochure simple pour mettre les parents en situation pour mieux comprendre la discipline et se rendre efficace auprès de leurs enfants cavaliers. Une idée à faire mûrir au sein de la commission confirme la cadre technique national.