Bis repetita pour Cibao La Pampa
mardi 05 septembre 2017

Cibao La Pampa
l'équipe de Cibao La Pampa © RB Presse

Dimanche 27 août, par 8 à 7 après un match très spectaculaire contre Barrière, Cibao La Pampa s’offrait la coupe d’or de polo à Deauville, après avoir empoché la coupe d’argent et le tournoi de juillet à Saint-Tropez.

Le score est serré, indécis jusqu’à la dernière seconde. En forme : Cibao La Pampa est codirigée par les Argentins Jorge et Juan Pepa. Ils sont largement aidés par deux prodigieux attaquants, Patricio Cieza (han5) et Francisco Elizalde (han8). Leur action est bien coordonnée. En face, le quatuor Barrière est redoutable : Tommy Rinderknecht a recruté l’efficace et omniprésent Martin Aguerre (han7), avec sa cavalerie de 1e plan, plus deux complices de premier ordre, Jota Chavanne (han5) et Martin Joaquin (han4).

Les deux équipes sont rapides, offensives, audacieuses, elles tirent vers les buts dès la moindre ouverture. Un régal pour les 2 000 personnes assises en tribune. Au cœur de l’hippodrome de Deauville, l’ambiance est chaude, les gens déridés, les clameurs soutiennent les beaux coups.

 

Les frères Pepa sont tombés dans le polo tout gamins, en commençant à taper la balle dans la pampa, puis ils se sont fait la main en préparant des chevaux pour les vendre, sous l’œil du père, lié à une des meilleures équipes argentines, les Chapaleufeu. C’est d’ailleurs dans cette équipe qu’ils sont allés piquer Francisco Elizalde. « Notre père était fasciné par Portofino Rubirosa, le capitaine flamboyant des années cinquante, qui jouait à Deauville. C’était son idole, c’est pourquoi nous avons repris le nom de son équipe, Cibao, » explique Jorge. Installés à Madrid, les frères travaillent dans l’immobilier et c’est leur 1e tournée en France.

 

Déroulé du match.

On démarre fort, Elizalde pour Cibao La Pampa marque à la 1e minute, un puis deux buts. Son adversaire Aguerre répond aussitôt et on termine la 1e période par 2 à 2. Le ton est donné avec des longues passes, des dégagements rapides, un harcèlement permanent qui entraîne pas mal de pénalités, un rythme frénétique. Mais les Pepa sont bien coordonnés et Jorge marque de beaux buts... Juste avant la mi-temps Cibao mène par 6 à 2. Alors les noirs de Barrière se relancent et tapent des missiles. A la mi-temps on est à 6/4. Et au retour, Barrière attaque sec, en paquet, obligeant Cibao à rester en défense ... Les longues Le chevauchées se suivent, les pénalités aussi. Le ton monte entre les joueurs...A l’entrée de la dernière période, on est à 8 à 5 en faveur de Cibao. Les noirs tapent fort : Joaquin marque un but, Martin Aguerre aussi et l’issue est incertaine jusqu’à la dernière seconde. Ouf, 8 à 7 pour Cibao La Pampa et sa cavalerie « presque française ».

En effet, les Pepa se sont fournis chez Patrick Guerrand-Hermès qui élève des pursang à La Palmeraie, au Maroc, « un excellent élevage, précise Jorge Pepa : ils sont rapides, souples ; bien dressés. » Cieza et Eizalde sont montés avec leur cavalerie. Quant à Barrière compte sur l’excellent élevage de la famille Aguerre. Cette finale met donc en concurrence deux bons élevages. Et celui de Guerrand Hermes l’emporte. C’est une jument d’Elizalde qui est déclarée la meilleure du tournoi.

 

« J’adore Deauville, conclut Jorge. C’est festif, depuis 60 ans ils savent accueillir, encourager les équipes, je suis sensible à cette tradition du jeu dans la ville.  Saint-Tropez n’est pas mal, mais Deauville a assimilé l’esprit polo, on aimerait revenir l’an prochain. »  Il est heureux, sacré meilleur joueur de la finale.

www.deauvillepoloclub.com