C’est toujours Cambiaso qui gagne !
mardi 20 décembre 2016

polo parlermo 2014 cambiaso
Souffrant du dos, marchant « comme un petit vieux », Adolfo Cambiaso avait retrouvé toute sa splendeur et son efficacité à cheval © Pascal Renaudon / R&B Presse

L’Open de Palermo, considéré comme le championnat du monde de polo, qui se joue à 40 goals, revient à La Dolfina, menée par Adolfo Cambiaso. Une sorte de tradition en somme. Pour la 1é fois à très haut niveau, il sortait les clones de ses meilleures juments. Un succès.

L’Open de Palermo, considéré comme le championnat du monde de polo, qui se joue à 40 goals, revient à La Dolfina, menée par Adolfo Cambiaso. Une sorte de tradition en somme. Pour la 1ère fois à très haut niveau, il sortait les clones de ses meilleures juments. Un succès.

Le 17 décembre, La Dolfina a battu son adversaire rituel, Ellerstina par 16 à 12. Net et sans bavure. Bref c’est tous les ans la même chanson depuis une dizaine d’années. Les deux plus célèbres familles de joueurs et d’éleveurs argentins s’affrontent en finale du plus célèbre tournoi, au stade mythique de Palermo, au centre de Buenos Aires, devant des milliers de fans  et des dizaines de cameras.

Et pourtant Ellerstina croyait son heure venue car elle avait remporté le 1e tournoi à très haut niveau qui compose « la triple couronne » s’achevant par l’Open de Palermo. Chatouillée sur ses terres, La Dolfina ne gagne pas sa Triple couronne cette année. Est-ce qu’elle commencerait à trembler sur son trône ?

Reprenons, l’Open de Palermo agite les esprits depuis le 26 novembre, avec huit équipes en lice. Une seule affiche le maximum de 40 goals, La Dolfina avec Adolfo Cambiaso, son cousin Pablo Mac Donough, Juan Martin Nero et une rareté anglo-saxonne, David Stirling. A 39 goals, Ellerstina est exclusivement Pieres : les frères Gonzalo et Facundo plus les cousins Pablo et Nicolas, ce petit dernier ayant un handicap 9, les autres 10.

Les six autres challengers sont peut-être moins rôdés et plus en formation, alliant de sérieux attaquants avec des joueurs jeunes, pour un total d’équipe évoluant entre 30 et 35. L’affaire était donc jouée d’avance ? Pas si sûr car ce sport recèle autant de surprises que de matches. L’équipe Alegria comportait par exemple les excellents Guillermo Caset et Lucas Monteverde qu’on voit briller l’été en France et Cria Atay était l’affaire de la famille Laprida ... Que du beau monde !

Seconde tendance de l’Open : Cambiaso jouait pour la 1e fois ses clones à ce niveau. Si Gonzalo Pieres a été le premier à cloner ses meilleures juments comme Chusma, Adolfo Cambiaso a suivi en clonant les célèbres Lapa, Cartetera, Small Pearson, Colibri et Alken Cura. Ils ont été largement suivis par leurs confrères, joueurs à très haut niveau, quelques années plus tard après avoir ouvert les laboratoires Crestview et Khelton.  Cette saison Cambiaso a aligné cinq clones de Lapa dans le tournoi du Jockey club et deux sur le Tortuga avant l’Open de Palermo. Dans chaque tournoi, ils ont récolté un titre de meilleur cheval d’origine argentine.

C’est encore sa cavalerie qui a été primée le 17 décembre à Palermo.

 3e tendance, La Dolfina a écrasé ses adversaires tout au long de l’Open, par des scores sans appel avec 4 à 10 points d’écart selon les jours.

Sans appel.

 Photo d'archive par R&B Presse

Commentaires


PASCAL R | 23/12/2016 16:10
En fait, Gonzalo Pieres n'a jamais cloné et s'est clairement prononcé contre. LA finale a eu lieu le 10 décembre, pas le 17 et ce sont les chevaux de Juan-Martin Nero (meilleur piquet de la finale, sans clone) et de Pelons Stirling (meilleur piquet du tournoi et meilleur cheval de la finale avec Zippi) qui ont été primé. En finale Cambaiso, qui n'a pas très bien joué, a aligné ses six clones de Cuartetera. Les clones de Lapa ont été arrêtés après Tortugas. ceux de Colibro et Aiken Cura (fabriqués à partir de chevaux morts) ne sont pas en grande forme.... Je vous dirai bientôt (presque) tout sur ce dossier....