L’Angleterre bat la France 3 à 2 en demi-finale.

vendredi 12 septembre 2014

  • imprimer

Invaincue durant les matches de sélection et première de sa poule, la France partait avec le moral pour affronter la terrible Angleterre ; « on ne pouvait pas mieux faire, » se réjouit l’entraîneur Lionel Macaire. Julien Reynes, Florent Garaud, Corentin Lepape et Adrien La Gallo nous ont offert un match offensif, vif, très équilibré, une belle cohésion d’équipe, mais le diable était dedans.

polo championnat d'europe largeL

RB Presse

Toutes les offensives se sont soldées par un tir juste à côté des poteaux, du mauvais côté bien sûr et les pénalités n’ont pas permis de rattraper la mise.
Reprenons. Aussitôt lancé, le match est ouvert, avec des longues passes en avant, les Français dominent la piste, attaquent, bossent bien ensemble mais, peut-être sujets à un trop fort stress, ils tirent un peu vite, sans prendre le temps d’évaluer la position des joueurs et des balles se perdent, car la cavalerie anglaise est plus rapide pour les attraper ... Bref de belles actions, bien coordonnées à la Française, mais qui entraînent une série de pénalités...  le match patine. La situation se bloque. Les Anglais se défendent comme des lions, font barrage.

0 à 0 au premier chukker.
1 à 1 au second.
Pourtant nos joueurs anticipent, les Français reprennent l’offensive sans hésiter et osent de longues balles, des tirs répétés ... qui ne veulent pas rentrer...  offrent  un match agréable à regarder, ouvert, déployé sur tout le terrain ...
Après la mitemps on accélère encore le rythme et l’osmose entre les frères Dear  permet au camp anglais de rattraper des balles inespérées ...  Le N°2 anglais, Olly Tothill, est partout à la fois. Classé handicap 4, il fait montre de son expérience par rapport aux autres joueurs, tous classés handicap 1 ou 2 comme nos quatre Bleus.

A l’entrée du dernier chukker on est à 2 contre 3.
Le dernier chukker est frénétique, nos défenseurs anticipent largement, les attaquants multiplient les percées, les offensives finassières, on y croit jusqu’à la dernière seconde mais le score ne bouge plus. « C’est le polo, çà se joue toujours à un rien, les Anglais sont allés aux poteaux  5 fois et ont marqué 3 buts, les Français ont dominé le jeu, sont allés aux poteaux 10  fois mais n’ont conclu que 2 buts, » explique Lionel Macaire. Devant ses joueurs effondrés, il rassure ...  Et rappelle que si les Anglais sont plus rapides sur la balle, c’est que leur cavalerie est plus rapide. Chiche qu’on échange les chevaux et que les Bleus l’emportent ?

Dimanche ils vont se mesurer à l’Italie, battue 6 à 7 par l’Irlande, juste avant, lors d’un match tout-à-fait différent.
Les Italiens démarrent au quart de tour. Aussitôt le coup de sifflet, ils marquent. Voilà. A peine la balle remise en jeu, ils recommencent à la glisser entre les poteaux. 2 à 0.
Suffocant. Il faudra une pénalité fermée (avec des adversaires devant les buts pour le défendre) pour que le premier chukker s’achève sur 2 à 1.
Ensuite c’est la bagarre : un match serré, compact, des joueurs qui marquent si prés qu’on voit évoluer des paquets, les attaquants doivent se faufiler pour franchir des murs. Les Italiens y parviennent, avec subtilité, creusent des percées et marquent... et prennent des coups. Retour à l’envoyeur. A la mi-temps on est à 3 à 3.
Italie et Irlande ont composé leur formation de la même façon : un leader classé handicap 4, un handicap 2 et deux 1. Les offensives se succèdent, le match est spectaculaire, équilibré, inattendu. On ouvre la dernière période à 5 à 4 en faveur de l’Irlande. Celle-ci a fait son trou petit à petit et s’en laisse de moins en moins compter par le brio italien. Un coup l’un, un coup l’autre et les buts se succèdent à toute vitesse. Pour le plus grand plaisir de spectateurs venus de toute la France et des pays en lice.... Le soleil est superbe, les gens ravis...  la clameur monte un coup dans un camp, un coup dans l’autre...
7 pour l’Irlande, 6 pour l’Italie.
Quand la cloche sonne, les verts irlandais jettent leur maillet en l’air  et exultent et crient... Les bleus italiens sont plus calmes. Mais ils sont loin d’avoir démérité, ils tirent juste et bien. C’est juste que les Irlandais ont fait preuve de résistance, de détermination, de ténacité. La France doit se souvenir qu’elle a battu largement l’Italie en match de sélection, mais ...
Attention, rien n’est acquis d’avance ...
Quant aux Irlandais, ils ont battu l’Angleterre ric rac, par un seul but d’avance. Et s’ils rêvent d’en découdre, l’affaire sera rude…

Samedi le polo de Paris-Bagatelle accueillera les matches des 5e , 6è, 7e, 8e  à 11h et 14h30.
Et retour à Apremont Chantilly dimanche la finale à 15h.

Accès sur le pourtour ouvert et gratuit. Accueil VIP et restauration sur réservation.
www.championnateuropepolo.com

Elisabth Gillion

  • imprimer


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A Table N43 Stéphanie Brieussel

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
Equitagada 21 master la jambe fixe

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr