L’année heureuse de Pierre-Henri N’Goumou
mercredi 14 novembre 2018

Pierre-Henri N'goumou
Pierre-Henri N'goumou et son tout jeune fils Tiomthée (à droite) aux côtés d'Alex Sztarkman, le capitaine qui lui a donné sa chance © Coll.

Consécration pour le joueur normand Pierre-Henri N'Goumou, classé handicap 6, avec de belles victoires cette saison. Récompensé pour sa méthode de dressage (sa jument est sacrée meilleure de la coupe d’or anglaise à 22 goals), il attire des clients venus d’Inde !

L’année a bien démarré avec la naissance de son fils Timothée (qu’il assied déjà en selle avec lui) et son classement handicap 6 le met dans le top 5 des joueurs européens : « c’est une fierté et une récompense qui booste mon équipe à la maison. On s’est donné à fond cet hiver pour préparer les chevaux au mieux, d’où notre victoire avec Land Rover sur le 12 goals de Chantilly, puis à Zurich et on est arrivé en finale de la coupe d’or à Deauville… » explique Pierre-Henri N'Goumou qui est désormais pilier et stratège dans l’équipe. 

Il voit cette hausse de handicap comme une reconnaissance de sa méthode. Ancien cavalier de saut d'obstacles, il est le seul à exercer tous les métiers, car tous les passionnent : naisseur, éleveur, dresseur, joueur, loueur d’équidés et valorisateur de chevaux de commerce destinés tant aux professionnels qu'aux amateurs. Il achète aussi des pur-sang réformés des courses qu’il dresse pour toute sorte d’équitation. « Mon but ? Avoir les meilleures montures. Si je peux les faire moi-même c’est parfait !»

Il achète des bonnes juments argentines en fin de carrière qu’il croise avec des pur-sang ou avec l’étalon Rolinga qui a joué les plus gros tournois argentins : « la meilleure souche ». Pierre-Henri va s’envoler vers l’Uruguay et l’Argentine pour jouer avec de grands pros et repérer des chevaux à acquérir, avant deux tournois en Espagne et en Autriche, sur neige. En février, il ira en Inde où il est fier de vendre des chevaux, une rareté pour un Européen car les Indiens font plutôt leurs emplettes en Argentine ! Côté dressage tout va bien aussi, sa jument pur-sang Apparition cédée à un professionnel s’est classée meilleure de la Coupe d’or anglaise à 22 goals en juin.

« Cette année est faste : de belles rencontres et des succès qui montrent que mon organisation fonctionne. Il faut saluer mon entourage, et notamment Alex , le premier capitaine à m’avoir fait confiance et qui m’est resté fidèle, chez Land Rover. Comme je m’inspire beaucoup des autres disciplines pour travailler mes chevaux, j’échange souvent avec Kevin Staut et Mathieu Billot. Et surtout le Haras de la Pomme, au Pin, m’aide pour le transfert des embryons et pour gérer les effectifs de l’élevage », conclut le joueur qui compte bien continuer sur cette belle dynamique.