Louis Jarrige : "Le polo exige une équitation très fine"
vendredi 19 octobre 2018

Louis Jarrige
Louis Jarrige © RB Presse

Handicap 3 à 20 ans, Louis Jarrige, espoir français a fait ses classes à l’école de Pascal Jamet au poloclub de Chantilly. Déjà un joli palmarès : brillant à Deauville cet été il a marqué 10 buts pour Polo Park Zurich, arrivée 2e dans la Coupe de bronze sous la direction de Morgan Van Overboek.

Et Louis était pour la 3e fois dans l’équipe de France aux championnats d’Europe le mois dernier :  "J’étais dans le bain à poney à 5 ans et j’ai tout de suite eu envie de jouer au polo ». Il est engagé par des équipes variées, « c’est Robert Ström, le capitaine de Sainte-Mesme, qui m’a donné ma chance, en 2016, une proposition fabuleuse puisque j’ai joué avec l’excellent Clemente Zavaleta (han7) et on a participé au 14 goals à Sotogrande : c’est la meilleure formation, car ce tournoi rassemble 15 équipes, une sélection terrible". Au printemps dernier, Louis était dans l’équipe Los Nocheros qui a remporté le 12 goals Charity cup avec Sébastien Schneberger, on le retrouve au Polo de Paris, à Saint-Tropez …

Louis est connu pour ses passes précises ; il sait se faufiler et filer au but traversant le terrain en trois coups de maillet bien sentis. « Il faut aimer jouer l’équipe, maîtriser son caractère et être un bon cavalier car le polo exige une équitaiton très fine. Il faut aussi avoir une touche de balle brutale et délicate à la fois : bref s’entraîner tous les jours. » Il s’en tient aux conseils de Patrick Guerrand-Hermès, fondateur du polo de Chantilly : « avoir l’œil et savoir compter pour juger la position des joueurs, les trajectoires et les distances afin d’anticiper, de se placer pour marquer l’adversaire au plus vite ». Patrick lui avait soufflé de suivre des études mais Louis n’a pas résisté à l’appel de Pierre-Henri N’Goumou de participer à un tournoi à Dubaï et il a lâché le lycée… « J’ai la chance que les deux meilleurs, Pierre-Henri et Brieuc Rigaux m’aient pris sous leur aile et partagent volontiers leur passion avec moi ! » Alors Louis n’a qu’un objectif : devenir un grand pro… mais « il faut gagner en technique et acquérir des chevaux ».