Victoire à l'arrachée de Sainte Mesme à Chantilly
jeudi 20 septembre 2018

Open de France sainte mesme
Robert Ström et toute l'équipe de Sainte Mesme, victorieux de l'Open de France à Chantilly © RB Presse

Open de France (16 goals) à Chantilly : Robert Ström (Sainte Mesme) bat André Fabre (in the Wings).

André Fabre et sa fille Lavinia étaient en lice pour remporter la première triple couronne française –leur équipe In the Wings ayant empoché les Coupes d’argent et d’or à Deauville. Il leur manquait juste l’Open de France. L’entraîneur de pur-sang de Chantilly avait en plus la chance de jouer à domicile … Mais le destin en a décidé autrement et l'équipe In the Wing s'est finalement inclinée 9 à 10 contre l'équipe de Sainte-Mesme.

In the Wings partait favori au vu de la demi-finale jouée contre Kasak de Sébastien Aguettant, avec un score final de 13 à 5. Implacable. Ce score, rare au polo, est dû au talent fou des Bensadon père et fils. Si Pancho, le père, est le joueur vedette d’André Fabre depuis belle lurette, le fils Rufino, seize ans, est arrivé l’été dernier. Il a démontré une habilité phénoménale en marquant encore et encore sans faillir. Ses deux chutes ne l'ont pas empêché de repartir dans la foulée. La grande complicité entre le père et le fils a boosté l’anticipation, la fluidité, les longs coups en avant … Magnifique spectacle. 

Mais rien n’est joué d’avance au polo et Sainte-Mesme a gagné tous ses matches et battu deux fois l'équipe In the Wings à Chantilly d'un petit point seulement. « Ils sont rôdés car ils jouent ensemble depuis deux mois, analyse Robert Ström, mais nous on se connait bien, on s’est choisi, car on se complète parfaitement. On rentre du 14 goals de Sotogrande en Espagne qui est un des plus sélectifs au monde, exigeant pour les chevaux à cause de la forte chaleur, sûrement plus rude que Deauville… » Cette équipe francilienne en bleu et noir dispose aussi d’une excellente cavalerie et elle en veut. « On est venu pour gagner et notre jeu est finalement plus rapide, même on va chercher avec les dents un résultat serré ! »  A 27 ans, Robert est à la fois un vrai capitaine et un attaquant fougueux qui sait s’appuyer sur ses coéquipiers, des pros de niveau équivalent (handicap 5 et 6). Maintenant Robert va retourner se consacrer aux jeunes chevaux de son élevage, avant de s’offrir un tour en Argentine en novembre pour jouer un tournoi de 24 goals et assister aux matches de la Triple couronne : « c’est le moyen d’apprendre et de progresser. »       

A voir sur pololine.tv