Alexandra Francart : "Volnay intègre vite les nouveautés"
mercredi 06 juin 2018

Alexandra Francart Volnay du Boisdeville CSIO St Gall 2018
Alexandra Francart et Volnay du Boisdeville dans la Coupe des nations de St Gall, brillamment remportée par l'équipe de France © katiastuppia.ch/csio.ch

Au CSIO 5* de St Gall, Alexandra Francart et Volnay de Boisdeville formaient le couple tricolore le moins expérimenté sélectionné pour la Coupe des nations. Des débuts à ce niveau qui n'ont pas empêché la cavalière et son cheval de 9 ans de signer le double sans-faute si recherché, participant activement à la victoire de la France dans l'épreuve par équipes.

A La Baule déjà, Alexandra Francart et Volnay du Boisdeville avaient épaté. 4e d'une 150 puis auteur de deux petites fautes dans le difficile Grand Prix, le couple n'était pas passé inaperçu. Tant et si bien qu'à St Gall le week-end dernier, la paire était sélectionnée avec Mathieu Billot, Nicolas Demotte et Olivier Robert pour représenter les couleurs françaises dans la Coupe des nations. Couleurs on ne peut mieux défendues puisque les Tricolores se sont imposés avec brio et zéro point de pénalité au compteur à l'issue des deux manches. Dans ce scénario parfait, la cavalière basée dans les Ardennes et le fils de Winningmood ont parfaitement tenu leur rôle en signant un magnifique double sans-faute. Une première Coupe de division 1 et déjà une première victoire (qui s'ajoutait à la 13e place du couple dans le Grand Prix du vendredi), avec un cheval de 9 ans qui plus est, "c'était tout simplement incroyable !", lâche l'amazone. "Le groupe était très soudé, on se connaissait tous bien et l'ambiance était excellente. Il n'y a vraiment que dans les épreuves par équipes que l'on retrouve ce sentiment si particulier !". 

Et si le public voit seulement apparaitre Volnay du Boisdeville sur le devant de la scène, sa cavalière croit en lui depuis de nombreuses années. "Comme avec tous mes chevaux, j'ai pris le temps de le former. Il a eu une évolution progressive, et n'a jamais sauté d'étapes. Il a été très performant ces derniers temps sur des concours 2 et 3*, mais la différence avec le 5* est importante et je suis évidemment ravie de voir qu'il confirme". Et surtout, le cheval s'améliore de sortie en sortie : "Il a été un peu impressionné par le terrain de La Baule, qui était son premier 5*. Et il est très intéressant de voir qu'à St Gall, il n'a pas été ému. Il comprend et intègre vite les choses nouvelles qu'on lui propose". Co-propiétaire de Volnay avec son éleveur, Hubert Hosteau, Alexandra ne pense pour l'instant pas à la commercialisation du cheval : "L'idée est de poursuivre sa formation, de continuer à lui faire prendre confiance sur la hauteur, la largeur et les difficultés techniques du niveau 5*. Pour l'instant, j'aimerai surtout qu'il répète les sans-fautes. Nous pourrons ensuite songer à le sortir de son registre pour être plus compétitif. Ceci étant, dans le Grand Prix de St Gall, nous avons certes fauté une fois sur le parcours initial mais j'étais ravie de voir que j'étais bien en dessous du chronomètre imparti. C'est de bon augure pour la suite !". Concernant la suite du programme, "c'est lui qui me dira à chaque sortie vers quelle compétition nous l'orienterons dans les semaines qui suivent", et après ses fabuleuses prestations sur le terrain Suisse, Volnay a d'ores et déjà décroché son ticket pour le CSIO 5* de Rotterdam. Pas de doute, la piste helvète a vu éclore un couple à suivre !