Beezie Madden fait la loi à Bercy !
vendredi 13 avril 2018

Beezie Madden et Breitling-LS
Beezie Madden et Breitling-LS gardent la tête et comptent désormais 4 points d'avance sur leurs poursuivants. © Scoopdyga

Les rebondissements sont toujours de rigueur dans les finales Coupe du monde Longines, et la règle a été respectée ce vendredi soir sur la piste de l’AccorHotels Arena ! Mais si quelques sérieux prétendants quittent l’avant scène, Beezie Madden s’impose une deuxième fois en toute sérénité devant une salle qu’on aimerait voir plus remplie, et caracole en tête du classement.

C’est un périple de quatorze obstacles, dont un double et un triple, qui attendait les cavaliers dans la course à la finale. Les deux combinaisons, le double en n°5 (vertical et à 8,10 m oxer) et le triple en n°9 (oxer à 8,10 m vertical avec une palanque puis à 8,10 m vertical) ont occasionné de nombreuses fautes. La première victime en a été Steve Guerdat/Bianca : mal entré sur le triple, une grosse faute sur le deuxième élément causait un stop obligatoire sur la sortie. Marcus Ehning n’était guère mieux loti avec faute à l’entrée et sur le milieu pour Cornado-NRW, fautif encore sur l’ultime obstacle. Pour Daniel Deusser, les ennuis ont commencé dès le double, avec en prime une faute de Cornet d’Amour sur le n°11. Exit les prétentions allemandes ! En revanche, la Suède revient en force avec les sans-faute de Douglas Lindelöw/Zacramento et Henrik von Eckermann/Mary Lou-Toveks, ce dernier pointant désormais au 2e rang du provisoire derrière l’infaillible Beezie Madden.

Mais heureusement, il n’y a pas eu que des désillusions ce vendredi 13 avril ! Après son parcours cauchemardesque dans la chasse avec Rêveur de Hurtebise-HDC, Kevin Staut revoit la vie en rose avec un magnifique sans-faute de Silver Deux de Virton renouvelé au barrage, avec 5e place de l’épreuve à la clé. Simon Delestre, qui avait opté pour Chesall Zimequest, a dû le solliciter à la cravache à trois reprises sur les oxers, mais boucle un tour sans pénalité qu’il était bien parti pour renouveler au barrage, le dernier obstacle lui étant fatal. Les deux Français remontent respectivement aux 19e et 12e places. Julien Epaillard sort, lui, de piste avec deux fautes avec Usual Suspect du Pays d'Auge, qui manque encore d'expérience à ce niveau mais a montré de bonnes choses.

Vif débat autour des guêtres postérieures

Roger-Yves Bost (écoutez sa réaction ICI) manque pour 1 point de temps la qualification, mais reste dans la course pour la finale en 10e position après un très beau tour de Sangria du Coty.  Révélation de la veille, l'Américain Devin Ryan subit le même sort, mais malgré ce dépassement de temps reste au 3e rang du provisoire après un superbe parcours avec Eddie Blue. Sa compatriote, avec un Breiling LS aérien, assure l’emprise américaine au terme d’un barrage sans faille, reprenant la tête malgré un parcours exemplaire de Harrie Smolders et son étalon Emerald. Du grand art ! On ne peux pas en dire autant du sans-faute, mais pas dans le temps, de Carlos Lopez avec un Admara passant les postérieurs à une hauteur inconsidérée ! Ce parcours choquant pour tout observateur avisé a fait débat lors du point presse, obligeant John Roche, le directeur du Jumping à la FEI, de rappeler la vigilance de l’institution et son projet d’interdiction des guêtres postérieurs d’ici trois ans. Un délai bien trop long pour éviter de revoir un tel spectacle !

Les résultats de l'épreuve ICI. Le nouveau classement général ICI.

Commentaires


ERIC F | 14/04/2018 08:27
Qui peut encore croire qu'on supprimera un jour ces "guêtres postérieures" ?