Bosty : "Ca fait de la peine de la voir partir"
mercredi 14 mars 2018

Bosty Sydney Une Prince
Bosty et Sydney Une Prince lors des Jeux Olympiques de Rio © Scoopdyga

Alors que François Badel a annoncé aujourd'hui la vente de sa jument Sydney Une Prince*Treize aux Etats-Unis, l'émotion est vive pour Roger-Yves Bost. Il voit en effet partir sa jument de coeur, son acolyte de la médaille d'or par équipes de Rio

"C’est avec une très grande émotion que le haras Treize a dit au revoir à Sydney Une Prince*Treize, qui vient d’être vendue aux Etats-Unis", a annoncé aujourd'hui François Badel, propriétaire de l'énergique jument alezane, par voie de communiqué. Joint par téléphone, Bosty avait du mal à cacher son émotion au sujet du départ de son acolyte des Jeux de Rio, avec laquelle il aura remporté l'or olympique par équipes alors qu'elle n'était âgée que de 10 ans : "La vente de la jument était d'actualité, mais c'était prévu sans être prévu dans le sens où ça s'est fait très vite. Ca fait toujours un peu mal, ça fait toujours un peu de peine de les voir partir même si c'est une partie inhérente à notre travail de cavalier. Mais j'ai vécu tellement de choses avec Sydney..." 

Débutée en compétition par son propriétaire, "la guerrière au grand coeur", comme la nomme si bien François Badel était ensuite passée sous la selle de Frédéric de Romblay avant de rejoindre les écuries de Roger-Yves Bost en 2013, alors que son père avait repéré le potentiel de la jument. Les performances au plus haut-niveau du couple sont nombreuses, mais on retiendra notamment, outre la médaille par équipes d'or à Rio et la 16e place en individuel, les deux victoires en Grand Prix Coupe du monde à Malines en 2016 et à Madrid en 2017. Le duo se classait également 6e du GP 5* de Bâle et 5e de celui de Rotterdam en 2016, puis 6e du GP de Cannes et 2e de celui de Lausanne l'an passé. Cette année, sa plus belle performance aura été une superbe 5e place à Bordeaux, devant son public. 

La jument a déjà quitté la France et rejoint les écuries de l'Américaine Katie Dinan. Une pointe de réconfort pour Bosty, rassuré de la savoir partir chez une "cavalière chez qui elle va être bien et sera bien traitée". Le Barbizonnais, certes ému du départ de sa fille de Baloubet du Rouet, a tout de même déjà les yeux tournés vers l'avenir. "Je vais maintenant me concentrer sur Sangria du Coty et Sunshine du Phare, qui a très bien fait à 's-Hertogenbosch, et qui commence à sauter les grosses épreuves. J'ai quelques 9 ans avec un bon potentiel aussi. Et puis l'histoire continue avec le Haras Treize puisque je monte la soeur utérine de Sydney, Variance Une Prince*Treize".

Si ce départ est un coup dur émotionnellement pour Bosty, c'est aussi une grosse perte pour l'équipe de France de saut d'obstacles, qui se sépare là d'un de ses meilleurs éléments...