Bosty célébré à Barbizon !
mercredi 28 septembre 2016

Roger-Yves Bost et François Badel
François Badel, accompagné de Roger-Yves Bost... Et de la médaille olympique ! © Béatrice Fletcher

Mardi soir, la fête battait son plein au Haras des Brulys pour fêter la médaille d'or olympique par équipes de Roger-Yves Bost et Sydney Une Prince.

Le plus dur dans l'organisation aura sans doute été de trouver une date à laquelle le champion olympique par équipes en personne serait présent... Peu après son retour des JO de Rio, Bosty était à nouveau en piste à Valence, Pékin, Calgary, puis, après une petite pause à Liverdy-en-Brie, il a mis le cap sur Barcelone pour la finale de la Coupe des nations le week-end dernier, avant de décoller ce mercredi pour Los Angeles. Ce mardi 27 septembre était donc LE moment idéal pour inviter amis, supporters, personnalités et propriétaires à partager un moment de convivialité. Champagne, huîtres, pizzas, barbecue à volonté, brasero géant au milieu de la carrière, température estivale, musique live, animation de Benjamin Gastaldi au micro, tous les ingrédients étaient réunis pour que la fête soit belle. Et elle le fut ! Plus d'une centaine de personnes s'était donné rendez-vous autour du champion, qui, médaille d'or autour du cou, s'est prêté de bonne grâce aux inévitables selfies et nombreuses embrassades de ses amis, fans, coéquipiers (Kevin Staut avait fait le déplacement), et même cadres techniques fédéraux à l'instar de Sophie Dubourg et Philippe Guerdat. "Je n'étais pas à toutes les célébrations, mais tout le monde a fait plus ou moins sa petite fête. La semaine dernière tous les propriétaires avaient invité leurs cavaliers et leurs proches au Café de l'Homme à Paris. C'était très sympathique. "

François Badel : "une chance inouïe"

Parmi les personnes clés de cette aventure olympique, le propriétaire de Sydney Une Prince, François Badel. "C'est une chance assez inouïe d'avoir acheté une jument à trois ans, juste débourrée, qu'elle ait attaqué les épreuves 160 à neuf ans, et qu'un an plus tard, elle gagne une médaille d'or aux Jeux Olympiques. C'est inespéré ! Ce succès est dû en grande partie au talent de Bosty et à celui du sélectionneur Philippe Guerdat qui a su détecter le potentiel de la jument. Les chevaux ont vraiment été amenés de manière intelligente jusqu'à l'échéance, c'est peut-être ce qui a fait la différence par rapport aux autres équipes. Le programme des Tricolores a été bien construit, de façon à économiser les chevaux tout en les faisant travailler suffisamment. De plus, tous les cavaliers ont joué le jeu. Et sur place, le terrain, la température, le climat, tout convenait à la jument, y compris le chef de piste ! " Colonel dans l'armée de terre, François Badel poursuit : "Lorsque je suis parti en Afghanistan, je l'ai confiée à Frédéric de Romblay pour la fin de sa saison de 4 ans, et à 5 ans, à mon retour de mission, elle est sortie alternativement avec nous deux. Sydney a fait la finale à 5 ans et à 6 ans, et le critérium à 7 ans. C'est à ce moment là que Bosty l'a repérée." Pour en savoir plus sur cette belle histoire, écoutez l'interview réalisée à Rio ici. 

Cette fête bien sympathique était aussi l'occasion d'inaugurer la nouvelle terrasse panoramique avec vue sur les deux carrières qui ne manquera pas d'être prise d'assaut ce week-end pour le traditionnel Jump Bost tour d'automne avec au programme CSIP, CSIU25-A, CSI* et 2*, ainsi que CSIYH1*.