Burghley: Les Néo-Zélandais aux commandes

samedi 07 septembre 2013

  • imprimer

Après deux alertes avec ses deux chevaux, Jonathan Paget réussit le doublé au cross du 4* de Burghley. Arrivée assez particulière puisque le Néo-Zélandais a été arrêté deux fois.

Jonathan Paget  largeP

Scoopdyga

Jonathan Paget

La première avec Clifton Lush pour saignement de nez. Jonathan expliquera que le cheval s’est cogné le nez avec le genou « Cet arrêt lui a été bénéfique, car il était fatigué ». Il continuera après examen par le jury et termine dans le temps. Avec le deuxième, le Néo était arrêté pour saignement de la langue de Clifton Promise. Il reprendra la course et prendra 1’’ de temps. Il se classe 1er et 2e. Le 3e est encore Néo-Zélandais. Andrew Nicholson rentre dans le temps avec Avebury et Calico Joe (8e). Ce seront les trois seuls.
Les Néo-Zélandais ont trusté les meilleures places. Dans les 10 premiers, ils sont en effet 7. Seuls les Anglais William Fox-Pitt (Parklane Hawk), 4e, et Nicola Wilson (Opposition Buzz), 9e ainsi que l’Allemande Ingrid Klimke (Abraxxas), 7e, viennent perturber ce leadership.
Pour l’Allemande Ingrid Klimke, « c’est un rêve qui se réalise. Abraxxas a 16 ans, c’est un « poney », mais il a un cœur énorme. Il a tout donné. Maintenant, je ne sais pas si ce sera son dernier gros concours. J’avais déjà dit ça à Londres, aux JO. On verra, mais ma fille attend pour le monter. Il restera de toute façon dans la famille. »
Ils seront 19 couples éliminés ou à abandonner sur 65 au départ. Un chiffre satisfaisant pour le chef de piste, Mark Phillips, félicité chaleureusement par tous les cavaliers.
Ce fut moins facile pour les Français. Pourtant tout avait bien commencé avec Stanislas de Zuchowicz et Quirinal de la Bastide : « Je suis ravi. Par rapport au 4* de Lexington, c’est un cran au-dessus. C’est un cheval qui est fort et droit dans les sauts, donc je n’étais pas inquiet sur la largeur. Je suis parti doucement pour assurer les combinaisons. Il fallait tourner un peu en début de tour et c’est là que j’ai perdu du temps. Avec Quirinal, c’est presque plus facile que les tours que je fais en France. Il était un peu distrait à cause de la foule et parfois il se freinait et était un peu flottant. Mais une fois qu’il repérait les fanions, il y allait. Et il ne baisse jamais pied. Après l’année des Jeux où je suis complètement passé à côté, c’est une belle récompense. Il était remplaçant pour les championnats d’Europe mais je n’ai aucun regret car je savais que j’allais courir ici. Dans son bagage et le mien, c’est une meilleure expérience et j’espère qu’il sera sur la liste des Jeux mondiaux l’année prochaine. Thierry était content surtout que j’étais le premier des Français à partir et comme on se posait des questions sur certains obstacles et que je n’ai pris aucune option, cela a rassuré les autres. En fait, on se pose beaucoup de questions, mais les chevaux un peu moins. Quirinal est vraiment agréable à monter car il ne tire pas. Même s’il a fait Lexington, cela fait longtemps qu’il ne s’était pas retrouvé dans cette ambiance. De toute façon, on ne peut pas se mettre de pression dans ce genre d’épreuve, il faut prendre du plaisir et faire du mieux qu’on peut. C’est bien pour les autres, ça va les décomplexer. » Denis Mesples, passait une demi-heure après et termine sans incident en prenant 11, 2 pts de temps (28’’) : « Je confirme que c’est le plus gros cross du monde, à cause du vallonnement et de la taille des obstacles. Au début et jusqu’au n°8, Oregon s’est énervé et n’a pas très bien respiré. On est toujours satisfait de terminer à Burghley Quand on est dans des épreuves comme celle-là, il faut arrêter le style. Oregon n’était pas très obéissant. Sur ce genre de tour j’ai toujours le problème de gérer l’énervement du début. Mais sur les obstacles de volée, c’est de la rigolade. »

Cela ne s’est pas révélé vrai pour les deux plus jeunes et le sourire disparut avec les chutes d’Astier Nicolas au n°18, le « Rolex Combination », une sorte de Vicarage Vee suivi d’une haie directionnelle, où Quickly du Buguet laissa un pied entraînant son cavalier dans sa chute, de Pascal Leroy, déséquilibré après que Minos de Petra a accroché le dernier élément du n°5, le Discovery Valley (la planète, obstacle des JO), et de Benjamin Massié au n°14. Piano Star, très bien partie, a trébuché après la réception du dernier élément du gué.
La visite vétérinaire aura lieu à 9h (heure anglaise) et la première partie du saut d’obstacles commencera à 10h30.

Marie Paule Retru

Bucas
Couvertures pour chevaux
  • imprimer


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A table N48 - François Xavier Boudant

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
Equitagada 21 master la jambe fixe

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr