CSI 4*W El Jadida : Elian Baumann crée la surprise dans le Wining Round
samedi 20 octobre 2018

Elian Baumann et Campari Z
Le trentenaire court pendant le Morocco Royal Tour ses tous premiers CSI4* © RB Presse / Solenn Rispail

Elian Blumann s'est emparé du Wining Round d'El Jadida aux commandes de Campari Z. En plus de créer la surprise en remportant la deuxième épreuve de CSI 4* dans sa carrière, il s'est aussi payé le luxe de surpasser son professeur Pius Schwizer, chez qui il a travaillé pendant huit ans. Il a sans aucun doute hérité de son professeur son talent pour les épreuves de vitesse.

Comme d'habitude, le Morocco Royal Tour proposait ce samedi un Wining Round, épreuve au format un peu particulier où dix cavaliers sont repris en deuxième manche, quelque soit leur score, et où les compteurs sont remis à zéro. Le parcours dessiné par Uliano Vezzani additionné au cadre indoor et à la fatigue des trois semaines de compétition a causé pas mal de dégâts. Parmi les vingt-neuf partants, seuls cinq ont réalisé un sans-faute sur le tour initial : Pius Schwizer, Jessica Mendoza, Abdullah Alsharbatly, Marco Kutscher et Elian Baumann

Les cartes ont donc été totalement redistribuées en seconde manche, laissant le champ libre à Elian Baumann, un jeune suisse de trente ans qui fait ses premiers pas à haut-niveau, son premier CSI 4* remontant à celui de Crans-Montana cet été. Il montait Campari Z, un hongre de onze ans. "J'avais beaucoup de pression en passant à la fin. Je n'ai pas beaucoup d'expérience sur ce genre de compétitions internationales, c'était déjà super de me qualifier pour la seconde manche ! Les distances de la première manche convenaient parfaitement à mon cheval parce qu'il a beaucoup d'énergie donc j'ai pu le laisser avancer. J'ai décidé de tout tenter en seconde manche. Il n'y avait pas vraiment d'options, tout le monde a dû emprunter à peu près le même tracé. En général mon cheval est très rapide, j'ai juste pris l'intérieur de mes courbes. Sur le dernier obstacle je me suis dit "allez on y va !". J'ai travaillé plusieurs années avec Pius Schwizer, cela fait trois ans que je suis indépendant. Demain je vais monter à nouveau Campari Z dans le Grand Prix, on va voir ce que cela va donner !", a-t-il confié sourire aux lèvres. Il a devancé la Norvégienne Cecilie Hatteland, qui a réalisé un barrage impeccable aux rênes d'Alex. L'Italien Roberto Turchetto s'est emparé de la troisième place avec Cruzeiro, surpassant Marco Kutscher et Charco, double sans-faute mais pénalisés par une petite glissade sur leur deuxième parcours leur ayant fait perdre quelques dixièmes de seconde. 

La France malheureuse aujourd'hui

Les Français, qui affichaient pourtant une forme  depuis le début de cette tournée, ont connu un petit coup de mou cet après-midi. Olivier Perreau et Nicolas Deseuzes ont tous deux écopé de huit points. Ce dernier a tout de même réalisé la meilleure performance française en se classant douzième. En effet, les autres tricolores présents n'ont pas réussi à faire mieux. Emeric George et Rocker d'Ysieux ont écopé de douze points, le cheval accusant peut-être un peu de fatigue. Simon Delestre, auteur d'un tour à huit points avec Filou Carlo Zimequest, a finalement été éliminé. Alice Trehoust a connu le même résultat après deux désobéissances du puissant Quel Homme de Hus

Les résultats complets