CSI Doha : Scott Brash mène Ursula à la victoire
samedi 04 mars 2017

Scott Brash et Ursula XII
Scott Brash et Ursula XII © Lotfi Garsi

Si la journée avait bien commencé pour le clan tricolore avec la 2e place de Frédéric David dans le Grand Prix 3*, les choses se sont ensuite gâtées pour les Français dans l'épreuve phare de la journée. Dans le Grand Prix 5* remporté par Scott Brash, aucun des Bleus en lice n'a réussi à tirer son épingle du jeu.

La dernière journée de compétition débutait de la meilleure des manières pour les Français. Frédéric David et son régulier Equador van't Roosakker sont montés sur la deuxième marche du podium. Ce classement conclut une tournée des Emirats pendant laquelle le Français a brillé, notamment avec le cheval qu'il montait aujourd'hui et qui a classé tous les Grands Prix auxquels il a participé. Ses chevaux vont maintenant avoir un peu de repos avant de revenir en France aux beaux jours et participer aux concours européens dès avril. 

Moins de réussite pour les quatre cavaliers tricolores au départ du GP 5*, en deux manches et barrage, doté à 500 000€. Aucun d'entre eux n'a réussi à se qualifier pour la deuxième manche. Premier Français à s'élancer, Kevin Staut a bouclé avec Aran un tour à oublier et est sorti de piste avec le lourd score de 21 points. Patrice Delaveau et Aquila HDC ont conclu le parcours avec deux fautes, tout comme Simon Delestre/Chadino. Roger-Yves Bost a lui préféré sagement abandonner après que Qoud'Coeur de la Loge ait montré quelques problèmes de mise en avant qui se sont soldés par deux fautes dès les premiers obstacles du parcours. 

Dix-huit cavaliers sont finalement repartis en seconde manche. Au vu du peu de score vierge signé sur le premier parcours, on retrouvait ainsi parmi les concurrents des couples avec du temps dépassé (Niels Bruynseels/Gancia de Muze, Edwina Tops-Alexander/California, le Sheikh Al Thani/First Division, Athina Onassis/Going Global entre autres) et des couples à 4 points (dont Gregory Wahtelet/Forlap, Henrik von Eckermann/Yajamila, Pieter Devos/Espoir). 

S'élançant sur un tracé modifié, ces cavaliers qui avaient déjà des pénalités au compteur devaient faire sans-faute pour rester dans la course au classement. Au final, 11 couples ont trouvé la clé du sans-faute sur ce deuxième parcours dont quatre qui signaient un double sans-faute et qui se sont retrouvés au barrage pour en découdre. 

Avec le cavalier turc Omer Karaevli/Roso Au Crosnier présent sur cet ultime parcours, le public était survolté. Premier à s'élancer sur le barrage, Scott Brash/Ursula XII sortait un sans-faute intelligent qui mettait la pression sur les trois autres concurrents. Et c'était une bonne tactique ! Pilar Lucrecia Cordon/Galine de la Cour Zichelhof fautait à une reprise (3e), tout comme Christian Ahlmann/Taloubet Z (4e) qui signait un chronomètre plus lent que l'Espagnole. La belle surprise de la soirée aura été le triple sans-faute du cavalier Turc, qui prend une belle 2e place au milieu des ténors de la discipline, mais surtout devant son public en délire !

 "Quel sentiment d'être deuxième au Qatar dans un Grand Prix comme celui-ci. Mon cheval et moi n'avions jamais fait une telle épreuve en deux manches et barrage. C'est le meilleur résultat de ma carrière, et l'obtenir au milieu des miens et de mes amis qataris a été fabuleux", lâchait d'ailleurs le cavalier. A peine le temps de se remettre se ses émotions qu'il parlait déjà du futur : "Mon cheval à 12 ans et j'aspire à rester à ce niveau et à progresser". Pilar était elle aussi plus que satisfaite de sa troisième place, c'était la première fois que le jument sautait une épreuve comme celle ci et elle était ravie d'avoir pu la confronter aux meilleurs mondiaux. Mais le plus heureux était bien Scott Brash, content de retrouver sa jument au meilleur niveau après deux ans d'arrêt : "C'est le second Grand Prix 5* pour elle, qui a été arrêtée deux ans. C'est de bon augure pour la suite. Ok elle a 16 ans, mais elle saute encore très bien. Avoir Chrsitian Ahlmann derrière moi au barrage a un peu compliqué les choses, mais le tracé permettait d'aller vite en sautant dans le mouvement." Le cavalier a conclu en notant, comme toutes les personnes présentes, la qualité des installations et de l'organisation : "J'adore venir à Doha, tout est vraiment super pour les chevaux, les cavaliers et le staff !"

Retrouvez tous les résultats ici