CSI-W Malines : Wathelet souffle la victoire à Staut
vendredi 30 décembre 2011

Malins11-Whatelet-Copin Van de Broy.
Grégory Whatelet et Copin Van de Broy. © Sylvia FLAHAUT

Onze centièmes. Tel est le laps de temps qui a séparé, vendredi, la performance de Gregory Wathelet de celle de Kevin Staut, dans le Grand Prix du CSI5* de Malines (Bel). Premier à s’élancer en seconde manche, le cavalier belge a su faire souffler la pression de la victoire sur ses adversaires.

Insurmontable le parcours dessiné par  Lucien Somers ? En milieu d’épreuve, aucun couple n’était encore venu à bout du Grand Prix du CSI-W de Malines. Et le public, massé dans les tribunes et tout autour de l’étroite piste, se désolait de ne pouvoir encore applaudir un parcours effectué sans pénalité. Le Néerlandais Vincent Voorn, l’Australienne Amy Graham ou le Britannique William Funnel ont eu beau s’y essayer, ils pêchent tous trois sur le dernier obstacle du parcours, un vertical aux couleurs Rolex. Le premier Tricolore à fouler la piste de l’épreuve, Simon Delestre, semble en bonne voie pour boucler l’exploit. Mais son bon Valentino, après avoir franchi parfaitement le triple, dérobe. Sans toucher une barre, Simon écope de 7 points de pénalités. A la grande réjouissance du public, de son public même, Gregory Wathelet ouvrira la voie aux parcours sans faute, en compagnie de son puissant étalon bai, Copin Van de Broy. En deuxième partie d’épreuve, dans le cadre d’une véritable loi des séries, les parcours sans pénalité s’enchainent.

Wathelet a choisi de jouer

L’Allemand Hans-Dieter Dreher, en selle sur Magnus Romeo, emboite le pas au cavalier belge, et se qualifie également pour la seconde manche. Manuel Anon Suarez/ Rackel Chavannaise, Denis Lynch/ Abbervail, Harrie Smolders/ Regina Z ou encore Rik Hemeryck/ Quarco de Kerambars en sont également. Dans le camp français, Pénélope Leprévost et Maestro de la Loge fautent sur les trois éléments du triple. Kevin Staut et Silvana de Hus, quant à eux,  viennent à bout des combinaisons et des lignes : ils obtiennent le sésame du barrage.
Gregory Wathelet est logiquement le premier à pouvoir prétendre à la victoire. Le cavalier ne fait pas dans la dentelle. Dans une galopade ample, Copin franchit le premier obstacle, et ne sourcille pas quand il s’agit de tourner court. Sans heurt et à la mode, Gregory Wathelet enchaîne, accélère sur la barre de spa, et choisit de serrer au maximum son virage pour aborder l’avant dernier élément du parcours, un oxer aux couleurs Zangersheide. Le tour est joué, le vertical Rolex, en dernier, n’est plus qu’une formalité. Bien habile celui qui peut aller le chercher. Une reprise de trop avant ce fameux oxer, et l’Allemand Hans-Dieter Dreher se casse les dents. Il ne descend pas sous la barre des 37 secondes, comme l’avait fait son homologue belge. Les 4 points de Manuel Anon Suarez et les 38 secondes de Denis Lynch confortent le public dans son idée : Wathelet va l’emporter. Mais Kevin Staut entend en découdre. Comme Gregory Wathelet, le cavalier serre ses virages, galope… Mais perd un peu de temps devant le double. Onze centièmes de trop, Staut écope de la 2e place. Rik Hemeryck, encouragé par ses supporters, réalise une belle performance et se classe troisième avec son bon Quarco de Kerambars.
Gregory Wathelet l’avoue volontiers : il a choisi de jouer. « Lors de l’épreuve de mardi dernier, au barrage, j’ai voulu ne pas trop ouvrir mon cheval, et le préserver pour le Grand Prix, a expliqué le cavalier. Tout à l’heure, j’ai pris des risques, et  mis le plus de pression possible sur mes adversaires. En sautant le numéro 1, j’ai senti immédiatement que mon cheval était bien, et jouait le jeu ». Le Belge devrait encore concourir une ou deux fois, en début d’année, avant d’accorder du repos à sa monture de tête*. Quant à Kevin Staut, il réalise une belle opération, remontant à la 3e place de la Ranking list. « Je ne vais pas changer mon programme pour autant, a assuré le Français. Avant la finale de la coupe du monde, j’irai à Leipzig avec Zeta, et à Zurich et Bordeaux avec Silvana ». Staut termine donc en beauté 2011, et peut penser avec sérénité à ce qui l’attend l’année prochaine : une finale coupe du Monde et les Jeux Olympiques.

 Tous les résultats en cliquant ICI!

*actualisation : on apprenait après que le cheval de Grégory Wathelet quittait son écurie au profit de celle de Marcus Ehning

Cliquez sur les flèches à gauche ou à droite pour voir les vidéos suivantes

Commentaires


DEBORAH S | 31/12/2011 09:56
Et le propriétaire de Copin le retire à son cavalier pour le confier à Marcus Ehning.
Certains propriétaires sont difficile à satisfaire...