CSI-W de Zurich: jolie surprise signée Alvarez Aznar et Rokfeller de Pléville
dimanche 29 janvier 2017

Aznar Eduardo Alvarez et Rokfeller de Pléville Bois Margot
Aznar Eduardo Alvarez et Rokfeller de Pléville Bois Margot © Stefan Lafrentz/FEI

L’Espagnol de 33 ans et son bon SF s’imposent dans l’étape Coupe du monde de Zurich, qui a réservé bien des surprises, avec l’Autrichien Kühner 2e, voire Carlos Lopez 3e ou William Whitaker 4e. Seule « star » du barrage, Pénélope Leprévost 7e avec Vagabond de la Pomme, déjà 6e vendredi soir.

Quand les outsiders montent leur cheval de tête et les cavaliers du Top 20 plutôt leur monture no 2 ou 3, cela vous donne un Grand Prix très équilibré, assez rafraîchissant et parfois décoiffant! Même si le parcours, délicat et subtile, est tout à fait au standard, comme ce dimanche à Zurich. Que de surprises dans cette 10e étape du circuit européen de la Coupe du monde FEI Longines, sur un parcours signé Guido Balsiger (un Zurichois pour la première fois no 1) et Gérard Lachat.

Personne n’aurait sans doute donné le ticket gagnant de ce Grand Prix Coupe du monde, même si on parie ici depuis plus de vingt ans. Le tiercé en tout cas pas…. Et le nom du vainqueur ? Peut-être sa maman, propriétaire du cheval, ou son père, Luis Alvarez Cervera, meilleur cavalier ibérique des années ’80 et ’90, 6 fois aux JO (en complet et CSO en 1992 à Barcelone). Ou peut-être Thomas Fuchs, qui l’entraîne épisodiquement et n’avait hélas pas son fils en course suite à sa fracture du nez, à la rigueur… Allez savoir!
Eduardo Alvarez Aznar, fin Espagnol de 33 ans et son bon Rokfeller de Pléville Bois Margot (par L’Arc de Triomphe et par Apache d’Adriers) sont certes talentueux et assez réguliers, ils étaient déjà ensemble aux Jeux mondiaux 2014 à Caen, puis aux Européens d’Aix et aux JO (décevants), mais de là à ce qu’ils s’imposent ici, il y avait un pas de géant. Jamais ils n’avaient gagné un 5 étoiles, ni une voiture (c’est fait et une Mercedes !). 

Thomas Fuchs n’était pas loin…

Ils ont pourtant su faire preuve d’un grand culot au barrage, notamment à l’attaque du bus londonien des JO de Londres, pour gagner avec près de deux secondes d’avance. Et là, les conseils d’un certain Thomas Fuchs furent précieux…. « A 18 ans, j’avais déjà passé près d’un an et demi chez les Fuchs, à deux pas d’ici, et Thomas m’avait vraiment lancé, j’ai alors su que je voulais être pro. Et je suis revenu ici une bonne semaine pour préparer Zurich. Je crois que je vais rééditer l’expérience, Thomas Fuchs est très fort », confie l’Espagnol, encore souvent coaché par son père et par l’entraîneur national Eric van der Vleuten.

Carlos Lopez en finale

Ce Grand Prix a réservé bien des surprises, avec l’Autrichien Max Kühner 2e sur Cornet Kalua. On ne dira pas cela de Carlos Lopez 3e, puis qu’il avait déjà gagné à La Corogne avec Admara et se rapproche vraiment des sommets. « A 50 ans, je vais pouvoir disputer ma première finale de Coupe du monde, c’est fantastique. Je pense renoncer à Bordeaux et aller en vacances au soleil, Admara aussi! », a dit le cavalier basé dans la Drôme.
Pénélope Leprévost 7e avec Vagabond de la Pomme, était, de fait, la seule star du barrage. Et comme vendredi soir (6e), on y a cru presque jusqu’au bout! Un faute à l’entrée de la combinaison a ruiné les espoirs de la Normande, qui retrouve tout de même peu à peu confiance. De bon augure pour Bordeaux!

Grosse frayeur pour Bosty et Sangria

5 pts pour Simon Delestre et Chadino, qui ont renversé un oxer à mi-parcours mais bien sauté, 8 pts pour Kevin Staut sur Aran (le Normand était 4e le matin avec Unna de Kerglnn HDC) et Olivier Robert sur Quenelle du Py. Enorme frayeur pour Roger-Yvs Bost dans le triple. Sangria du Coty regarda la Spa d’entrée un peu fort et vola ensuite une foulée à son cavalier pour aller s’écraser dans l’oxer. Une grosse chute, une vraie frayeur, mais pas (trop) de mal, apparemment.

Le parcours initial a causé bien des désillusions, même pour Ludger Beerbaum, 12e avec Chiara et autres stars.  Etincelants vendredi soir dans l’autre GP, les Suisses sont redescendus sur terre. Il est vrai que Martin Fuchs, vainqueur avec Chaplin, s’était cassé le nez samedi en chutant violemment, il était donc forfait. « Les médecins lui ont demandé quatre jours de repos et c’est mieux ainsi, il ira à Villach jeudi », nous a dit sa maman. Paul Estermann, alors 3e, a confirmé en prenant une belle 6e place avec Lord Pepsi. Idem pour Werner Muff, 8e. Et Pius Schwizer a été sacré no 1 du CSI grâce à ses trois victoires avec Electric Z.

Dans quatre jours, c’est Bordeaux, que Kevin Staut aborde toujours en leader de la Coupe du monde (78 pts). En revanche, Roger-Yves Bost, 16e avec 34 pts, Simon Delestre, 17e avec 34 pts, Pénélope Leprévost, désormais 22e avec 27 pts, et Olivier Robert, 23e avec 26 pts, ont tous besoin de points pour aller en finale à Omaha. Et il ne reste plus que Bordeaux et Göteborg…