CSI d'Aix-la-Chapelle: Janne l'outsider devant Kevin Staut!
dimanche 17 juillet 2011

Janne-Friederike Meyer et Lambrasco Cellagon
Janne Friederike Meyer, Lambrasco Cellagon © DR

Issue-surprise pour le Grand Prix Rolex d'Aix-la-Chapelle. Malgré une faute au premier tour, Kevin Staut a pris une superbe 2e place avec Silvana de Hus: 2e, le no 2 mondial! La victoire va à une outsider, Janne Friederike Meyer, tandis que Meredith Michaels Beerbaum, gagnante ici avant elle avec "Shutterfly" a organisé des adieux imprévus pour son fabuleux crack. En dressage, Totilas et Matthias A. Rath ont encore gagné la Kür, mais de façon moins évidente. Steffen Peters et Ravel avaient aussi beaucoup d'adeptes.

Cinq femmes seulement, depuis 1927, ont triomphé dans le Grand Prix Rolex d'Aix-la-Chapelle, l'épreuve la plus convoitée au monde. Parmi elles, deux Allemandes, Meredith Michaels Beerbaum, en 2005, et Janne-Friederike Meyer, hier. Dans la nuit de samedi à dimanche, la première avait pris la décision de ne pas seller "Shutterfly", pourtant encore victorieux du GP d'Europe ici mercredi, mais d'organiser - à la hâte - des adieux.

"Le meilleur cheval du monde mérite de tirer sa révérence lors du plus grand concours du monde et devant le meilleur public, mais ce fut une décision très difficile et une journée très dure pour moi. Merci, merci "Shutterfly", tu es le plus grand!", a dit, des larmes dans la voix celle qui a remporté trois Coupes du monde, deux finales du Top 10 Rolex et tant de médailles et de succès (pour 3,5 millions d'euros!) avec "Shutterfly", avant d'entamer un double tour d'honneur.

Luciana Diniz défaite

Que d'émotions, de chocs, pour les 55'000 spectateurs massés dans le temple du Dieu cheval! Ne venaient-ils pas d'ovationner quelques secondes plus tôt Janne-Friederike Meyer, leur nouvelle star, tout en tentant de consoler l'inconsolable Luciana Diniz? La Portugaise avait cru au barrage et à la victoire jusqu'au trentième et dernier saut de "Winningmood". Janne levant les bras de joie, et le public avec elle, tandis que Luciana, 4e, se prenait la tête entre les mains, comme lors de la finale de la Coupe du monde Rolex 2010 à Genève: la journée des femmes, des émotions, ce dimanche à Aix.
Sur les dix concurrents sans faute au premier tour, Janne Friederike Meyer avait été la seule à répéter la performance sur les quinze efforts du second tour. La victoire souriait à une parfaite outsider. Car si la cavalière de Hambourg a contribué au titre mondial des Allemands l'automne passé au Kentucky et à plusieurs victoires en Coupe des Nations, elle gagne peu de Grands Prix. Jusqu'ici, le GP de Münster était son plus haut fait. Or cette fois, elle devance le no 2 mondial Kevin Staut, auteur d'une belle remontée, et le gratin. Et elle avait déjà gagné le Best of Champions samedi soir avec l'étalon Holiday by Solitour: quel week-end!

Janne-Friederike Meyer (30 ans) ne serait évidemment pas ce qu'elle est devenue sans "Lambrasco Cellagon", un puissant fils de "Libero" qui se joue des plus gros obstacles (et à Aix, tout est kolossal!) avec une facilité déconcertante. L'Allemande n'est pas la plus élégante ni la plus précise, mais elle a du coeur, de la fougue et une belle entente avec son phénoménal cheval. Ces deux-là font un peu penser à un autre couple naguère brillant ici: Christina Liebherr et "No Mercy".

Kevin Staut brillant

Le plus joli bond en-avant a été le fait de Kevin Staut, sans-faute et rapide au second tour avec "Silvana de Hus", au point de remonter de la 13e à la 2e place. Le Français n'est pas venu lors de la conférence de presse, mais il avait résumé son sentiment auparavant: "Ma jument n'avait pas bien sauté ces derniers mois, mais après une pause, elle revient à son meilleur niveau et je suis très heureux de ma 2e place. Elle avait regardé le lac au premier tour et cela avait provoqué ma faute sur le vertical no 5. La seconde manche était tout aussi difficile et au bout d'une aussi longue semaine, certains chevaux accusent le coup, j'ai donc pu bien remonter au classement. En cherchant le chrono, je visais la 7e ou la 8e place, je n'aurais jamais imaginé qu'il n'y aurait qu'un seul double sans faute".
Olivier Guillon faisait partie des dix sans faute du premier tour et il avait signé un tour de rêve avec Lord de Theize. Au second tour, il fit une faute dans chaque combinaison, mais sans démériter. La 13e place les récompense bien mal de leurs efforts.
Pénélope Leprévost n'était pas allée au bout de sa première manche avec "Mylord Carthago HN". Une faute sur l'oxer no 1, une autre sur l'oxer no 11, qui la désarçonna, un abord du triple perturbé, la Française, visiblement déçue et poursuivie par la guigne ici cette année, préféra en rester là. Suite aux réclamations des cavaliers, le chef de piste, Frank Rothenberger, avait réduit le double de bidets (100 cm de large et non 190 cm à la sortie) et modifié un obstacle jugé dangereux (une Croix de St André assez énorme). Encore heureux, car il n'y aurait sans doute pas eu de double sans faute!
Avec Eric Lamaze ("Hickstead" se serait tapé un pied, "il s'est fait un bleu, rien de grave", lors du barrage de vendredi, il sera peut-être à Chantilly), Marcus Ehning (papa d'un petit Davy depuis 36 heures), Steve Guerdat, Meredith Michaels Beerbaum, les défections furent étonnamment nombreuses. On relèvera encore la 3e place de Simon Delestre sur Whisper dans la Progressive.