Ch-Eu Aix:Les propriétaires sont dans les starting-blocks !
mardi 11 août 2015

Jerome Hurel, Quartz Rouge et Déborah Smaga
Jerome Hurel, Quartz Rouge et Déborah Smaga © Beatrice Fletcher

Seuls les couples fouleront la mythique piste d’Aix-la-Chapelle lors du championnat d’Europe de saut d’obstacles la semaine prochaine, mais en coulisses toute leur équipe sera mobilisée, dont leurs propriétaires. Philippe Berthol, Geneviève Megret et Déborah Smaga vibreront par exemple au rythme des performances de Ryan des Hayettes/Simon Delestre, Flora de Mariposa/Pénélope Leprévost et Quartz Rouge/Jérôme Hurel. Ils ont répondu à nos questions.

Quelle a été votre réaction à l’annonce de la sélection ?
● Philippe Berthol (co-propriétaire de Ryan des Hayettes avec son cavalier Simon Delestre) : Heureux évidemment ! C’est la première fois que je vais vivre un championnat. J’ai la chance d’accompagner la carrière de Ryan. Leur sélection est la suite logique de ce qu’ils ont montré jusque-là. Mais ce qui me fait infiniment plaisir, c’est d’observer l’osmose du couple en piste.
● Geneviève Mégret (propriétaire de Flora de Mariposa, montée par Pénélope Leprévost) : C’est toujours une satisfaction d’être au rendez-vous pour les grandes échéances car c’est beaucoup de travail et d’investissements en amont pour toute notre équipe.
● Déborah Smaga (propriétaire et groom de Quartz Rouge, monté par Jérôme Hurel) : J’étais super contente. Quartz et Jérôme ont été très réguliers toute la saison et c’était notre objectif !

Le fait que ce championnat d’Europe se déroule à Aix-la-Chapelle le rend-t-il particulier selon vous ?
● Philippe Berthol : C’est forcément particulier. Ce qui m’a marqué en mai dernier lors du CSI5*, c’est la ferveur du public. Aix est sans doute le concours le plus impressionnant. Historique, public, organisation millimétrée… il cumule tout. Difficile de faire mieux !
● Geneviève Mégret : ça rend ces championnats plus difficiles pour les chevaux car l’endroit est vraiment impressionnant. Il faut espérer que le temps sera correct afin que la qualité du sol reste optimale. Une performance serait évidemment la cerise sur le gâteau, mais ce qui m’importe avant tout c’est que Flora s’en sorte indemne sur le plan physique comme moral.
● Déborah Smaga : Nous y avons participé pour la première fois l’an passé et il y a vraiment un côté magique à Aix, compte-tenu de l’historique et du public aussi. La piste et les tribunes sont vraiment impressionnants... On ne peut qu’avoir le frisson là-bas ! C’est en plus un grand terrain en herbe comme on les aime. Pour moi, qui suis une ancienne » (rires), le « vrai concours », c’est sur l’herbe, et Quartz est en général encore meilleur que sur le sable.

Arrivez-vous à regarder les parcours de vos chevaux malgré le stress ?
● Philippe Berthol : Quand on sort du paddock pour rejoindre la piste, le stress monte forcément. Pendant leurs parcours, je suis sous pression mais j’ai toutefois beaucoup de plaisir à les regarder. Je reste calme, mais à une fois la ligne d’arrivée franchie, je relâche la pression !
● Geneviève Mégret : Même si c’est stressant, c’est un plaisir d’accompagner ses chevaux. Pour moi, ne pas regarder leurs parcours serait totalement inconcevable.
● Déborah Smaga : Le grand moment de stress, c’est quand la cloche sonne. Le reste du temps, comme je groome Quartz, je suis dans l’action et donc ça va. Pendant les parcours, je filme toujours pour Jérôme et pour mettre sur notre page facebook, donc je suis obligée de me concentrer et de ne pas sauter ! (Rires)

Dans quel état d’esprit êtes-vous à quelques jours de ce championnat d’Europe ?
● Philippe Berthol : Je participe ce soir (mardi 11 août, ndla) à un barbecue chez Simon pour voir Ryan avant son départ. Je suis impatient de partager ce championnat avec toute l’équipe, dont j’admire le travail.
● Geneviève Mégret : Je ne ressens pas d’impatience particulière. Toute l’équipe est pour l’instant concentrée sur la préparation. Sur place, on sera là pour soutenir les troupes et l’émotion sera en revanche au rendez-vous. On ne s’habitue jamais aux grands événements. Et j’espère d’ailleurs que je ne serai jamais blasée ! Avec les chevaux, chaque week-end est différent.
● Déborah Smaga : On a envie d’y être ! On part demain (mercredi) pour le stage de préparation aux Pays-Bas... Il n’y a plus qu’à !