Des accusations d'abus sexuels dans l'équipe allemande
mardi 04 septembre 2018

© Scoopdyga

Un groupe de jeunes cavaliers de l'équipe allemande de saut d'obstacles aurait eu des comportements inappropriés en compétition, consommant notamment une quantité trop importante d'alcool. Des excès qui auraient eu des conséquences désastreuses puisque l'un d'entre eux est accusé d'abus sexuel. Une enquête est ouverte.

Voilà la fédération allemande sous le feu des projecteurs. Et pas pour de bonnes raisons. Hier, le parquet de Coblence a ouvert une enquête concernant un potentiel scandale sexuel. En effet, un jeune cavalier est accusé d'avoir sexuellement agressé, "seul ou avec des complices", plusieurs jeunes femmes après leur avoir fait consommer de l'alcool plus que de raison.

Des accusations prises très au sérieux par la fédération allemande, qui a décidé de suspendre le cavalier, dont on ne connaît pas l'identité, pour une durée de dix-huit mois. Toutefois, la suspension n'est pas encore effective car la présomption d'innocence prévaut, même dans le sport. Pour le moment, l'enquête est en cours et le cavalier, qui nie fermement les faits qui lui sont reprochés, a fait appel de sa suspension. Il a d'ailleurs été appelé en équipe nationale par Otto Becker au début de l'été au nom de cette même présomption d'innocence, avant d'être toutefois quelque peu écarté depuis le début de l'enquête.

Face à ces lourdes accusations, le site allemand Der Spiegel, a tenté de mener l'enquête. De l'avis de Sönke Lauterbach, secrétaire général de la fédération, ce problème n'est pas nouveau mais concerne "des cas isolés". “Un groupe de cavaliers se comporte extrêmement mal, nous le savons." Toujours selon le site allemand, le parquet disposerait d’informations concernant une agression sexuelle qui se serait produite lors des championnats d’Europe Jeunes de Samorin, en Slovaquie. "Ce qui est nouveau, c'est que la consommation d'alcool est associée à des dommages matériels et des agressions sexuelles". Mais, de l'avis de l'avocate de la fédération nationale, monter un dossier n'est pas chose évidente. "Une conversation au bar n'est pas suffisante. Sans témoignage, nous ne pouvons pas entamer de procédures légales. Ils nous faut des auteurs et des victimes".

Interrogé sur ces faits, Ludger Beerbaum, le Kaiser du saut d'obstacles, s'est exprimé sur la question. "Nous avons besoin d'établir des règles claires pour ces jeunes", a-t-il déclaré, affirmant qu'une suspension était pour lui la solution adéquate. De son côté, la fédération allemande a affirmé qu'elle menait activement des campagnes de prévention concernant les abus sexuels.