Disparition de Frédéric Vaudrel
mercredi 15 mars 2017

Frédéric Vaudrel
Frédéric Vaudrel © Xavier Boudon

Juge international de saut d’obstacles passionné et opticien de talent, Frédéric Vaudrel a perdu la vie dans un accident de voiture lundi soir à seulement quarante-trois ans.

Que ce soit dans sa boutique d’optique à Evreux (27) ou dans les cabines de jury des CSI, Frédéric Vaudrel entreprenait tout avec passion. Au lieu de se contenter de surfer sur la vague des grandes marques de lunettes, il parcourait les salons internationaux pour dégoter des créations inédites et accompagnait le talent de jeunes créateurs (à l'instar de Struktur), éclairant du même coup le visage de ses clients avec un peu de fantaisie. Sur les terrains de concours non plus, il ne cédait jamais à la facilité. Ce cavalier et éleveur amateur, une passion qu'il partageait en famille (affixe de Flore), défendait l’éthique du sport avec une grande rigueur, sans jamais toutefois se départir de son sourire ni de son humour. Le Normand de quarante-trois ans officiait sur de nombreux internationaux, dont Canteleu, Chantilly, Megève, Jardy ou encore Dinard, mais aussi sur des concours moins étoilés, toujours avec la même implication. Depuis l’annonce de sa brutale disparition, tous ceux qui l’ont côtoyé de près ou de loin sont sous le choc. Gravement blessée dans cet accident de la route, sa fille de dix ans est toujours hospitalisée.

« On dit que « c’est la vie », mais c’est tellement difficile à accepter !,lâche Sylvie Navet, juge internationale de saut d’obstacles.Cavalier amateur, il s’est vite intéressé au rôle de juge. Je l’ai rapidement pris avec moi. A l’époque, je montais encore en B1 tout en m’occupant du jury, et je le laissais gérer en toute confiance, le temps que j’aille faire mon parcours. Avenant et proche des gens, il était à la fois ultra exigeant,  toujours précis dans ses mots et juste dans ses actions. Il pouvait parfois être un peu rigide du fait de son éthique, mais il était aussi tellement attentif aux autres ! Il allait toujours de l’avant et débordait d’idées. C’était une belle personne qui va terriblement nous manquer. »

La cérémonie d'adieux se déroulera samedi à 10h30 en l'église de Bosguérard-de-Marcouville dans l'Eure.