Equita Masters : l’Eldorado de Grégory Wathelet !
samedi 29 octobre 2016

Grégory Wathelet et Eldorado van het Vijverhof, vainqueurs de l'Equita Masters 2016
Grégory Wathelet et Eldorado van het Vijverhof, vainqueurs de l'Equita Masters 2016 © Scoopdyga

En remportant l’Equita Masters samedi soir, Grégory Wathelet signe sa première grosse victoire avec Eldorado van het Vijverhof, devant Denis Lynch/All Star et Carlos Lopez/Admara. Kevin Staut était plus rapide que le Belge mais une faute le relègue à la 6e place.

10 des 20 couples au départ ont bouclé un sans-faute dans la seconde manche de l’Equita Masters qui s’est transformée en barrage samedi soir pour le plus grand plaisir des spectateurs massés dans les tribunes bondées. Ils ont tous vibré et encore plus évidemment pendant le passage des deux seuls Français qualifiés pour le dénouement au chronomètre, qui s’élançaient en premier et en dernier. Parti dans un bon tempo avec un Quartz Rouge aérien (40’’09), Jérôme Hurel fautait malheureusement sur le dernier. Mais la déception était encore pire pour Kevin Staut qui, comme en première manche, signait le meilleur chronomètre (33’’16) avec sa bondissante Elky van het Indihof-HDC, mais était privé de victoire à cause d’une faute sur la barrière verte… Rageant ! Grégory Wathelet s’est donc emparé de la victoire avec Eldorado van het Vijverhof (34’’40).

« Je suis ravi pour Eldorado qui a été beaucoup critiqué »

« Souvent on ne passait pas loin, mais c’est sa première victoire à ce niveau-là, se réjouissait le Belge qui s’élancera dans le Grand Prix Coupe du monde dimanche avec Corée. Le cheval a toujours été très rapide, mais j’ai souvent manqué d’un petit truc pour que ça passe. Eldorado a dû beaucoup changer en un an, en passant d'un système plus amateur à un système professionnel avec un travail quotidien, une autre équitation, un autre gabarit de cavalier... On a appris à se connaître et il fallait aussi qu’il se mette sur la vitesse à ce niveau là. On va tellement vite et on tourne tellement court qu’il faut des chevaux qui réfléchissent pour nous. Depuis quelques mois, c’est quelque chose qu’il apprend et qu’il aime maintenant. Et qui dit plaisir dit automatiquement plus de régularité. Je suis d’autant plus ravi qu’Eldorado a souvent été critiqué alors qu’il serait le bienvenu dans beaucoup d’écuries. Il a participé à de grosses échéances cette année et on oublie souvent que du 5* ce n’est pas du 3*. Je suis très content de le monter et j’ai des supers propriétaires (Daniel Demartin, ndla), donc les voir heureux ce soir me rend encore plus heureux ! »

« J'ai plus de sérénité pour travailler »

N'ayant actuellement que deux chevaux prêts pour les 160, Grégory Wathelet ne se fixe pas d’objectif précis et ne se préoccupe pas de la ranking list. « J’ai la chance qu’Eldorado soit en forme en même temps que Corée monte en puissance donc j’espère vraiment qu’ils vont continuer à enchaîner les bonnes performances, mais j’alterne aussi avec des plus petits concours pour préparer mes jeunes chevaux, dont des 8 ans en qui je crois beaucoup comme Iphigeneia de Muze, Iron Man van de Padenborre ou encore MJT Nevados S. On va voir comment ils évoluent et s’ils peuvent accrocher le bon wagon. On saura s’ils sont bons ou vraiment très bons dans peu de temps. Et comme Coree et Eldorado ne seront pas commercialisés, je passe à une étape suivante qui me motive désormais encore plus parce qu'avant, à la moindre performance, les gens étaient à l’affût et appelaient mes propriétaires pour avoir des prix. Cela me donne beaucoup de confiance et de sérénité pour travailler sur le long terme.»

Tous les résultats ici