Eric Navet : « Ça m’amuse de monter à Omaha »

mercredi 01 mars 2017

  • imprimer

Eric Navet défendra les couleurs de la France aux côtés de Kevin Staut, Simon Delestre et Olivier Robert lors de la finale Coupe du monde de saut d’obstacles à Omaha (28 mars au 2 avril). Installé en Californie depuis 2013, le multi-médaillé Normand nous livre ses objectifs et ceux de son élève, Karl Cook.

Eric Navet et Karl Cook largeL

Scoopdyga

Eric Navet et son élevève, Karl Cook

L'Eperon : Cette finale Coupe du monde n’était pas un objectif. Qu’est-ce qui vous a décidé à y participer avec Catypso (Catoki) ?

Eric Navet : C’est avant tout pour faire plaisir à sa propriétaire, la maman de Karl Cook (26 ans), que j’entraîne en Californie. L’objectif n°1 était en effet que Karl se qualifie et, grâce à sa victoire à Langley et à ses autres bons classements (13e à Rancho Murieta, 5e à Del Mar, 4e à Thermal) avec Tembla (Tangelo van de Zuuthoeve), il a terminé meilleur Américain de la côte ouest. J’ai participé à certaines étapes et j’ai aussi obtenu ma qualification (14e à Rancho Murieta, 2e à Del Mar et 11e à Thermal) avec Catypso. Il est super content qu’on parte tous les deux à Omaha.

Vous n’avez pas disputé de championnat depuis les JO d’Athènes, en 2004. Comment allez-vous donc aborder cette finale, avec de la pression ou juste du plaisir ?

J’aurais ressenti de la pression si j’avais monté un cheval vraiment prêt pour faire un résultat, mais Catypso n’a pas encore ce métier là. Ca m’amuse d’y participer car je reste avant tout un compétiteur, mais j’aurais préféré l’aborder en étant réellement préparé. En Amérique de l’ouest, on se qualifie en plus principalement sur de grandes pistes extérieures, donc quand on débarque en finale, on n’est pas du tout dans le coup des gros indoors. C’est un gros désavantage par rapport aux Européens.

Quelles seront vos ambitions ?

Faire pour le mieux évidemment, mais sans objectif précis. Catypso a de gros moyens et un bon bagage technique, donc la hauteur et la largeur ne devraient pas lui poser de problèmes, mais nous risquons en revanche d’avoir des difficultés dans les contrats de foulées courts et les ajustements car il a une grande amplitude. Je le monte depuis le début de son année de six ans et il évolue bien, mais il saute pour l’instant mieux dans les grands espaces. Comme il est franc et pas du genre anxieux, on s’est dit qu’on ne prenait pas un gros risque et que ce serait une bonne expérience pour lui, mais Karl restera la priorité pour moi à Omaha. 

Quel sera l’objectif de Karl ?

Evaluer où il se situe par rapport à ce niveau là et continuer à progresser. Sur la côté ouest, Karl est désormais au top niveau et de plus en plus régulier, mais la concurrence n’a rien à voir avec celle d’une finale Coupe du monde. Ce sera sa troisième finale (11e en 2013 à Göteborg et 27e en 2015 à Las Vegas avec Jonkheer Z, ndla) et c’est pour le moment le seul grand championnat auquel il peut participer, car il n’a pas encore le métier ni le crack pour intégrer l’équipe américaine, donc c’est ultra motivant et formateur.

Propos recueillis par Elodie Mas

Horse Telex
La base de données du cheval
  • imprimer


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A Table 96 - Fabien et Grégory Rulquin

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
EQT 39 les coins

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr