Eric Navet : "Faire la finale à Paris serait spécial"
vendredi 02 juin 2017

Eric Navet Catypso Tryon 2017
Eric Navet et Catypso © Sportfot

La finale Coupe du monde d'Omaha aurait-elle redonné le goût du haut-niveau à Eric Navet ? Vainqueur du Grand Prix 3* de Lexington il y a quelques semaines et d'une épreuve à Tryon hier, l'emblématique cavalier français se prend à rêver de la finale Coupe du monde à Paris l'année prochaine avec son tout bon Catypso...

Ils avaient impressionné à Omaha. Eric Navet et Catypso étaient avant tout venus pour accompagner l'élève du cavalier français, Karl Cook, et prendre de l'expérience à ce niveau. Ils étaient repartis heureux après un excellent championnat et une 12e place. Sur les trois jours de compétition, le bai de 10 ans n'avait pas mis plus d'une barre à terre par parcours alors qu'il manquait de métier sur ces hauteurs et difficultés : chapeau ! 

Le couple a ainsi repris les compétitions avec une bonne dose de confiance, remportant notamment le Grand Prix 3* de Lexington en mai. Hier encore, à Tryon, le Tricolore et son acolyte ont fait preuve de leur maitrise en s'imposant dans l'épreuve à 1,50m avec barrage. "Je n'avais pas vu le parcours de Hunter (Holloway, cavalière américaine qui s'est élancée avant lui sur le barrage, ndla) donc je ne savais pas si elle avait été vite. Je suis entré en piste en voulant faire à ma manière. Je ne voulais pas aller trop vite avant l'épreuve de dimanche. Au final, j'ai eu un peu de chance parce que c'était très serré", analyse, toujours avec beaucoup (trop?) d'humilité, Eric Navet. 

L'aventure avec Catypso a débuté il y a longtemps, alors que la famille Cook achetait ce fils de Catoki en décembre de ses 5 ans. "Ca a été un long processus pour l'amener à ce niveau", explique le Tricolore. "Ca a pris environ quatre ans, et il ne saute les Grand Prix que depuis peu. Il a fallu qu'il s'adapte au système, mais ça porte ses fruits et c'est une chouette aventure"

Le duo restera sur la côte ouest cette semaine pour le CSI 3* et la semaine prochaine pour le 4* et Eric est plein d'espoir pour le futur. "J'aimerai courir le GP la semaine prochaine. Nous retournerons ensuite en Californie avec des jeunes chevaux cet été et cet automne. Mon objectif est que Karl (Cook, son élève, ndla) et moi soyons qualifiés pour la finale Coupe du monde à Paris la saison prochaine. Ce serait vraiment quelque chose de spécial de concourir ce championnat dans mon pays", conclut le cavalier, qui se prend à rêver d'une finale devant son public.