Katie Dinan : « Faire de mon mieux pour être la cavalière que Sydney mérite »
mercredi 04 avril 2018

Katie Dinan et Sydney Une Prince
Katie Dinan et Sydney Une Prince © Jessica Rodrigues/Jumpfax

Mardi après-midi, dans les écuries de la cavalière américaine Katie Dinan à Wellington (Floride), on pouvait ressentir un peu d’agitation… La raison ? L’installation d’une jument hors-du-commun venue de France. On la remarque facilement, les grooms se hâtent pour panser et chouchouter leur « reine ». Un licol en cuir gravé à son nom « Sydney Une Prince » était déjà prêt à son arrivée, après trois semaines de quarantaine réglementaire entre l’Europe et les Etats-Unis. À 12 ans, la Selle Français sacrée Championne olympique en 2016 avec Bosty, va poursuivre sa carrière avec sa nouvelle partenaire déjà très expérimentée à seulement 24 ans. Rencontre avec Katie Dinan.

L'Eperon : Les Français ne vous connaissent pas très bien, pouvez-vous nous en dire plus sur vous ? 

Katie Dinan : Je m’appelle Katie, j’ai 24 ans et je suis cavalière professionnelle depuis environ six ans. Je suis arrivée au haut niveau notamment grâce à l’un de mes chevaux nommé Nougat du Vallet, on l’appelle « Nounou » ! Je l’ai depuis qu’il a 10 ans, il en a maintenant 17 et il est incontestablement le cheval qui a construit ma carrière jusqu’à présent. Nous avons participé trois fois à la finale Coupe du monde, nous nous sommes classés à Göteborg et à Lyon. J’ai également monté pour l’équipe américaine à Dublin et à Barcelone pour la Finale de la Coupe des Nations, un moment mémorable. Gagner le Grand Prix cinq étoiles de Lexington était aussi pour moi un accomplissement important dans ma carrière.  

Je me sens très chanceuse d’avoir vécu ces superbes expériences, à mon âge, avec ce cheval extraordinaire et je suis heureuse d’avoir l’opportunité de poursuivre ma carrière avec une jument si spéciale comme Sydney Une Prince. -

Quelles qualités avez-vous vu chez Sydney Une Prince ? 

Evidemment, tout le monde l’a remarquée sous la selle de Bosty, ils ont eu un parcours incroyable ensemble et je suis une grande fan. C’est une jument avec du sang qui a toujours couru ses parcours comme une guerrière, elle a évidemment toutes les qualités. Mais il y a une grande différence entre regarder un cheval que l’on aime beaucoup et penser que cela pourrait être un cheval que l’on peut monter. Mais dès nos premiers contacts, j’ai eu un très bon sentiment, parce qu’elle est respectueuse et courageuse avec beaucoup de confiance. Dans la façon dont j’ai pu la monter, je peux dire que Bosty a fait un super travail. Je me sens très à l’aise avec elle et je sens que l’on peut avancer ensemble comme une équipe et qu’elle peut être mon amie. 

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur la façon dont vous l’avez repérée ?

Je travaille avec mon entraîneur Beat Mandli depuis plusieurs années et nous réfléchissons aux éventuels nouveaux chevaux ensemble. J’ai quelques jeunes chevaux avec beaucoup de potentiel mais j’avais besoin d’un cheval disponible et prêt à performer dans les grandes épreuves pour envisager de belles échéances pour moi durant les deux prochaines années. Nous avons eu cette opportunité avec Sydney Une Prince. Avant de l’essayer à Barbizon chez Bosty, je me suis dis : « Je sais que c’est un cheval extraordinaire » mais je voulais vraiment avoir un bon feeling avec elle et ne pas juste y aller avec la tête dans les nuages. J’ai eu un coup de coeur, j’ai su que je voulais faire quelque chose avec cette jument qui a déjà beaucoup d’experience. Je dois dire que je suis très heureuse depuis qu’elle est arrivée aux Etats-Unis, elle est géniale en piste, c’est une jument gentille et curieuse.

Nougat du Vallet, Sydney Une Prince… Il semblerait que vous ayez un bon feeling avec les chevaux français ? 

C’est vrai que « Nounou »  est 100% français, il avait sauté des 145 et 150 à 10 ans quand je l’ai acheté j’espérais qu’il serait un bon cheval mais je ne m’attendais pas à ce qu’il saute des épreuves comme la finale Coupe du monde. Je suis vraiment tombée amoureuse de lui et je n’aurais jamais pensé qu’il deviendrait le cheval parfait pour moi. Je me suis intéressée un peu plus aux chevaux français, la façon dont ils vont vers avant, leur sang, légers dans la bouche. Pour moi, étant une jeune femme, je trouvais plus facile de monter ce genre de chevaux. Bien sûr, quand vous avez une idée de ce qui marche pour vous, vous aspirez à trouver le même type de chevaux même si je pense que c’est nécessaire de prendre de l’experience avec des chevaux différents. Je ne sais pas si c’est une coincidence mais pour le moment j’ai une majorité de chevaux français. J’ai aussi une jument de 8 ans qui s’appelle Atika et une 9 ans, Vic des Cerisiers…Sydney est aussi très française!

Que pensez-vous du parcours de Bosty avec Sydney Une Prince? 

La seule chose que je peux dire au sujet de Bosty, c’est que j’ai de grands souliers à chausser. Il est évident que Sydney peut tout faire maintenant il ne tient qu’à moi de me révéler avec elle. Elle a 12 ans et elle semble au meilleur de sa forme, j’espère qu’elle pourra avoir une belle deuxième carrière avec moi. 

Qu’est ce que l’on ressent quand on accueille une championne olympique dans ses écuries ? 

J’essaie de ne pas trop y penser. Bien sûr, c’est un immense privilège. Je me sens chanceuse et reconnaissante d’avoir un cheval de cette qualité. Mais je pense aussi que Sydney et Bosty ont été champions olympiques ensemble, c’était leur moment. J’essaierai de faire de mon mieux pour être la cavalière qu’elle mérite et nous offrir aussi de beaux moments comme ceux-là. Je sais que je ne suis pas au niveau de Bosty mais j’essaie d’être meilleure chaque jour. 

Quel est votre programme à court terme, et à long terme avec Sydney ? 

Après la Floride, mes chevaux retournent dans mes écuries près de New York, à North Salem. Nous allons participer à quelques bons concours deux et trois étoiles afin de nous tester sur des plus petites épreuves pour nous donner une meilleure idée de comment on fonctionne ensemble. Nous irons en Europe à partir de mai, je n’ai pas fait de plan précis sur nos prochains concours là-bas. Cela dépendra de notre entente durant semaines à venir. J’espère que l’on pourra monter de belles épreuves et trouver un bon équilibre pour évoluer et prendre de l’experience ensemble. 

Quelle sera sa place dans votre piquet de chevaux ?

Elle vient d’arriver et je pense qu’elle sait déjà qu’elle est la reine! (rires). Elle pourrait être le meilleur cheval dans n’importe quelle écurie donc c’est certain qu’elle va prendre une place très importante parmi mes chevaux de tête.

Avez-vous un message pour Bosty et pour les fans de Sydney en France ? 

Je sais que Sydney a beaucoup de fans et que le couple qu’elle formait avec Bosty était incroyable. Mon équipe et moi allons faire de notre mieux pour s’occuper d’elle du mieux possible et j’espère que nous pourrons aussi créer une belle relation, vivre de magnifiques moments et que nous aurons le soutien des Français!