L’Alsace et Gilles Willemann, trait d’union entre Belgique et Etats-Unis
jeudi 15 février 2018

Gilles Willemann
Gilles Willemann et Jivaro ont gagné la dernière épreuve qu'ils ont courue ensemble, à Besançon. © Studio Charpentier

L'Américain McLain Ward, actuel numéro 3 mondial, compte depuis peu une nouvelle monture dans son piquet de chevaux. En effet, le BWP Jivaro Van’t Hoogeinde (Echo Van’t Spieveld x Darco), ancienne monture de Gilles Willemann, vient de traverser l’Atlantique et concourra désormais pour la bannière étoilée.

Jivaro Van’t Hoogeinde, 9 ans, a été formé par Gilles Willemann au sein de ses écuries à Rixheim (68). A écouter Gilles, la belle histoire qui s’est écrite entre cavalier et cheval ne commençait pourtant pas sous les meilleurs auspices : « Jivaro est arrivé chez moi en mars 2016, confié par son éleveur belge. Le cheval s’est d’emblée révélé compliqué, atypique mais qualiteux au possible, extrêmement respectueux... J’en suis d’ailleurs tombé plusieurs fois au point d’avoir voulu le rendre, car, à un moment, je me suis dit que je ne serai pas capable de l’exploiter correctement ».

Gilles, malgré tout, s’entête. Il croit en la qualité de Jivaro et décide de se donner encore du temps. En juin 2016, il emmène Jivaro à Fontainebleau et c’est là-bas qu’a lieu le premier déclic. Le couple est enfin sans faute ! Lors de ce même concours, le père de Roger-Yves Bost fait part de son intérêt pour Jivaro mais le cheval rentre tout de même en Alsace avec son cavalier. Au courant de l’été qui suit, Gilles et son équipe continuent un vrai travail de fond sur le mental et le physique de Jivaro, en recherchant la décontraction musculaire, la confiance, la complicité, la connexion. Les résultats ne tardent pas à arriver et les classements s’accumulent, avec notamment plusieurs places en Grand Prix 130.

Jivaro convainc Pénélope

C'est à Mostaganem, en Algérie, que Jivaro se révèle vraiment et laisse éclater sa qualité. Il se classe plusieurs fois durant le CSI3*, et se fait de plus en plus remarquer. Gilles ne doute plus un instant des capacités et du talent de sa monture. Via une amie commune, Cécile de Vregille, une rencontre s’organise aux écuries avec Elise Megret et Pénélope Leprevost. Gilles Willemann se souvient, amusé, de leur visite à Rixheim : « je ne voulais pas forcément leur montrer Jivaro car, à des cavaliers de ce niveau, on se dit qu’il vaut mieux montrer des chevaux classiques. Et lui est excellent, mais tout sauf classique... » Pourtant, Pénélope voit Jivaro sur une vidéo et demande à le monter. L’essai s’avère concluant, Jivaro plait. Le concours de Besançon est le dernier où le couple Jivaro-Gilles est engagé. La victoire dans le Grand Prix 135 vient brillamment conclure le bout de chemin passé ensemble.

Le soir même, Gilles emmène Jivaro chez Pénélope. L'amazone normande valorise à son tour le potentiel de Jivaro et un peu plus d’un an après, McLain Ward remarque le cheval à son tour. Une visite vétérinaire est passée et le cheval s'envole vers les Etats-Unis, où la suite de l’épopée Jivaro s’écrira.