L’ascension fulgurante de Simone Blum et DSP Alice
mercredi 26 septembre 2018

Simone Blum, DSP Alice
Simone Blum et DSP Alice, ou l'histoire d'un coup de foudre à qui rien ne résiste © Photo FEI / Martin Dokoupil

Il y a quatre ans lorsque se terminaient les championnats du monde de Caen, personne n'avait entendu parler de Simone Blum et de DSP Alice. Et pour cause, ces deux-là venaient à peine de se rencontrer. Quatre ans plus tard, elles sont sacrées championnes du monde. Découvrez l'histoire de cette paire exceptionnelle.

DSP Alice est née en 2007 chez Ralf Mewes à Berkau (Bismark), dans le Saxe-Anhalt. Elle est issue du croisement entre Askari et la poulinière Landblume par Landrebell. Notons que cinq des sept produits de Lanblume tournent sur de belles épreuves de saut d’obstacles.  Foal, Alice a grandi chez Kai-Uwe Fricke à Krüssau dans la même région. C’est le cavalier Steffen Buchheim qui l’a initiée à ses premiers concours à quatre ans. 

En 2014, DSP Alice arrive à Gut Eichendorf, l’écurie de la famille Blum à Zolling, près de Munich en Bavière. Hans-Günter Goskwitz avait repéré cette jument de sept ans en déplacement, pensant qu'elle pourrait convenir à sa fiancée Simone Blum. Pourtant, la jument était réputée difficile et capricieuse à l’époque. La belle alezane débordait d’énergie, elle était susceptible mais elle montrait déjà un potentiel incroyable sur les barres.  Bien entourée par sa famille, le défi que représentait le dressage de cette belle alezane n’a pas effrayé Simone.

Il faut dire que Simone vient d'une famille baignée dans l'équitation. Sa mère lui a donné ses premiers cours de dressage. Son père, Jürgen Blum, l’a entraînée pendant longtemps. Il a lui-même participé aux Jeux Olympiques d’Atlanta en 1996 en complet dans l’équipe allemande. Dès l’âge de onze ans, Simone sortait des poneys en compétition de CSO, concours complet et dressage. Elle s’est lentement orientée vers le saut d’obstacles, sa discipline de prédilection. Sa carrière de cavalière professionnelle a commencé un peu plus tard, après avoir réussi des études de biologie et de chimie. Elle évoluait en CSI 2*avant de rencontrer Alice.

Le couple réalise sa première sortie en août 2014 où il prend la septième place d’une épreuve à 1.20m. Beaucoup de concours d’ensuivirent et le succès fut rapidement au rendez-vous. En 2015, les deux complices concourraient dans des CSI 3*. En juin 2016, elles s’emparent de la « Deutsche Meisterschaft der Springreiterinnen », le championnat des cavalières de saut d’obstacles en Allemagne.  Le couple gagne son premier Grand Prix international au CSI de Donaueschingen en juillet 2016 après avoir engrangé un nombre impressionnant de classements sur des épreuves intermédiaires. Un peu moins d’un an plus tard, en juin 2017, Simone devient la deuxième femme à remporter le Deutsche Meisterschaft der Springreiter, le championnat d’Allemagne. L’année se poursuit de la plus belles des manières pour le couple : elles sont nommées réservistes aux championnats d’Europe de Göteborg, remportent leur premier Grand Prix en CSI 5* à Lausanne, décrochent alors une sélection pour la finale Coupe des nations de Barcelone quelques jours plus tard et finissent par remporter deux épreuves majeures au CSI-W 5* de Stuttgart. Pour ces excellentes performances, DSP Alice a été élu « cheval de l’année 2017 » dans le Brandebourg-Anhalt / Saxe-Anhalt.                                            

Malheureusement, cette excellente série ne se poursuit pas tout de suite. Début janvier Simone chute de cheval et se fait une luxation de l’épaule. Conséquence ? Quelques semaines d’arrêt. La saison 2018 reprend doucement à Oliva, les deux complices accrochent une deuxième place dans le Grand Prix 150 du CSI 3*. Mais la jument se blesse légèrement et doit observer à son tour un temps de repos. Finalement, la paire fait son retour en CSI 5* à Aix-la-Chapelle qui se conclu avec une victoire de l’Allemagne dans la Coupe des Nations aux côtés de Marcus Ehning, Laura Klaphake et Maurice Tebbel. C’est cette même équipe qui s’est envolée pour Tryon et qui a décroché le bronze par équipe mais aussi la précieuse qualification de l’Allemagne pour les prochains Jeux Olympiques de Tokyo en 2020. Simone et Alice n’ont pas fait tomber une seule barre durant ce championnat. L’amazone a su gérer à merveille l’énergie et la pression de sa jument pour monter sur la plus haute marche du podium en individuel, devenant ainsi la première femme allemande -et la deuxième femme tout court- à décrocher le titre de championne du monde. Quatre ans après leur rencontre, un an après leurs débuts à haut niveau, après sept CSI 5* seulement. C’est une belle histoire dont les dernières pages sont encore loin d’être écrites.