La Baule : Jérôme Guéry prive Pénélope de victoire !
dimanche 15 mai 2016

la baule 2016-  Jérôme Guéry avec Grand Cru van de Rozenberg
Jérôme Guéry avec Grand Cru van de Rozenberg © Scoopdyga

Jusqu’à l’avant-dernier de ce barrage à onze, les 9 000 spectateurs du Grand Prix Longines de la ville de La Baule ont espéré la victoire de Pénélope Leprévost et Flora de Mariposa, qui tenaient la tête, mais le Belge Jérôme Guéry leur a volé la vedette avec Grand Cru van de Rozenberg. Meredith-Michaels Beerbaum, qui rêvait depuis toujours de fouler le stade François André, prend, elle, la 3e place.

« La ligne technique rivière n°5 – oxer n°6 – vertical n°7 ne fonctionnait pas en début d’épreuves. Quand j’ai vu qu’il y avait 6 sans-faute sur les 10 premiers, je me suis inquiété. Puis, Dieu merci, les choses ont tourné et il n’y a eu que 5 sans-faute sur les 40 couples suivants », a confié le chef de piste, Frédéric Cottier, juste après l’épreuve. L’oxer n°2 et la dernière ligne le long des tribunes, oxer – vertical - oxer ont finalement aussi causé des fautes. Mais pour certains cavaliers, comme Simon Delestre, la concentration de sans-faute en début d’épreuves (9 des 11 ont été signés par les 22 premiers) s’explique aussi par la dégradation du terrain. Heureusement bien meilleur que le jeudi ou le vendredi grâce au soleil du week-end, mais pas encore optimal. « D’habitude, passer en n°47 sur 50 est un avantage, mais là, ça m’a desservi, estimait le n°1 mondial, auteur d’une faute sur le n°6 avec Qlassic Bois Margot. Le cheval était parfait et disponible mais il n’a pas trouvé sa frappe sur cet obstacle et je ne m’y attendais pas. » 

Pénélope « Flora est peut-être mon Jappeloup »

3 Français figuraient toutefois parmi les 11 barragistes : Kevin Staut/Elky van het Indihof-HDC, Cédric Angot/Saxo de la Cour et Pénélope Leprévost/Flora de Mariposa. Les deux premiers terminaient finalement 10 et 11e à cause, respectivement, de 8 et 4 points en jouant le chronomètre. « C’est décevant de finir 10e car Saxo s’est baladé, pestait Cédric au paddock. C’est une faute de métier car je n’avais jamais autant joué le jeu et c’est seulement son quatrième concours de ce niveau après Calgary, Stuttgart et Bordeaux, mais c’est un super cheval. »

Déjà double sans-faute dans la Coupe des nations, Pénélope Leprévost alignait un tour parfait et ultra rapide (36’’19) avec son alezane. Mais Jérôme Guery, avant-dernier barragiste, a finalement abaissé son chronomètre de 45 centièmes avec Grand Cru van de Rozenberg (Malito de Rêves), un alezan avec un œil bleu et aux grandes balzanes blanches. « Je l’ai acheté il y a un an et il sautait seulement des 120 mais il a eu une progression incroyable. Quand les chevaux respectueux prennent de la confiance, ils prennent aussi des moyens. Et je suis convaincu qu’il va devenir un des meilleurs du circuit », s’enthousiasmait le Belge. « Si j’avais trouvé la bonne distance sur le dernier obstacle et pas bricolé, j’aurais peut-être battu Jérôme !,  indiquait Pénélope Leprévost. Flora va super bien. Je n’ai pas bien monté la Coupe mais elle a quand même signé un double sans-faute. Je me suis rattrapée aujourd’hui. J’ai une sensation extraordinaire quand je monte cette jument. C’est la jument d’une vie et peut-être ma Jappeloup ! »

3e avec son aérien Fibonacci 17, Méredith Michaels-Beerbaum était, elle aussi, ravie de sa performance. D’autant qu’elle rêvait de monter ici depuis toujours : « J’avais assisté aux championnats d’Europe en 1991 en spectatrice avec des étoiles plein les yeux. Comme je participe toujours à la tournée de Floride, c’est toujours un peu juste d’enchaîner avec La Baule dès mon retour en Europe. Mais cette année, j’avais prévenu notre sélectionneur depuis des mois que je voulais monter ici et Fibonacci m’offre un super final ! »

Quartz Rouge et Orient Express-HDC décevants

Pour les autres Français, les fortunes ont été diverses… Comme Simon Delestre, Philippe Rozier a manqué sa qualification de peu à cause d’une faute sur le n°11 alors que Rahotep de Toscane sautait très bien. Sans doute due à un petit manque de condition puisque le beau gris n’avait pas encore resauté en 5* cette année. Alexandra Paillot/Polias de Blondel, Timothée Anciaume/Kiamon, Roger-Yves Bost/Sangria du Coty et Fabrice Dumartin/Cannavaro faisaient, eux, tous deux fautes, mais chacun de ces couples, moins expérimentés à ce niveau, a montré des qualités encourageantes pour la suite.

Grosse déception en revanche pour Jérôme Hurel et Quartz Rouge, qui sont sortis de piste avec un inhabituel score de 17 points. Après avoir enchaîné trois fautes en tout début de parcours, l’étalon a mieux sauté avant de faire de nouveau tomber le dernier… A moins de trois mois des JO de Rio, cette contre-performance risque malheureusement de peser dans la balance à l’heure des choix… Autre candidat olympique, Orient Express-HDC faisait, lui, 12 points. «Ce n’était pas le jour. Le cheval n’était pas dedans, déplore Patrice Delaveau.  Il n’avait jusque-là sauté que sur du sable et le seul 5* que nous avons fait était à Anvers, en nocturne et sur une petite piste. Nous manquons de repère sur l’herbe. Mais je reste sur un bon sentiment à la maison donc j’espère qu’on montrera bien ce qu’on peut faire à St-Tropez puis Rotterdam. »