Larmes de joie pour Thibault Pomarès au Mans !
dimanche 13 novembre 2016

Podium Grand National Le Mans
Le podium de la dernière étape du Grand National 2016 © PSV Photo

Le dénouement du Grand National de saut d’obstacles s’est joué sur la toute dernière étape au Mans ce dimanche après-midi. Associé à Sirius du Granit, Thibault Pomares enlève cette dernière étape avec une joie communicative devant Grégory Cottard et Yannick Gaillot. Et les derniers calculs de points sont actuellement en cours mais c’est l’Ecurie Ar Tropig, emmenée par Jérôme Hurel, 6ème de l'épreuve, qui remporte le circuit 2016 !

Avant le coup d’envoi de ce Grand Prix 150, les pronostics fusaient au bord de la piste du Pôle européen du cheval, dimanche midi au Mans. Mathieu Billot (écurie Euro Mat-Feraud Paris avec Julien Anquetin et Dimitri Jorand) et Jérôme Hurel (écurie Ar Tropig avec Christophe Escande et Elisa Mellec), les seuls à pouvoir encore remporter le circuit 2016 avec Fabrice Dumartin (écurie Equita by GL’Events II avec Nicolas Deseuzes et Mégane Moissonier), recalculaient une dernière fois leurs possibilités d’y parvenir en fonction de leurs hypothétiques classements lors de cette onzième et ultime étape disputée par 78 couples… Une place sur le podium suffisait en effet à Jérôme Hurel pour avoir le dernier mot en cas de performances de ses concurrents directs, alors que ces derniers étaient condamnés à la victoire ! Et tous partageaient la même enthousiaste détermination, encourageant leurs équipiers jusqu’à l’entrée de piste et charriant leurs adversaires entre deux éclats de rire. 

Ar Tropig sacrée dès la première manche

Jérôme Hurel mettait fin au suspense dès la première manche en étant le seul des prétendants au titre à se qualifier pour le dénouement au chronomètre avec Urano de la Cour au Bois (Baloubet du Rouet). Après sa faute de Radja des Fontaines (Hurlevent de Breka) sur l’entrée de triple n°11, une des difficultés de ce parcours habilement dosé par Yann Thomas, Mathieu Billot pestait en sortie de piste, puis abandonnait avec sa deuxième monture Ilena S (Verdi). « C’est rageant, Radja sautait vraiment bien ! », s’exclamait le Normand. Même déception pour Fabrice Dumartin, auteur d’une seule faute sur l’oxer n°3 avec Umour Noir de Crann (Kannan), et qui jetait ensuite aussi l’éponge avec sa deuxième cartouche, His Black Diamond vt Arke (Diamant de Semilly)… Son écurie ne pouvait plus prétendre à la victoire, mais Julien Gonin réalisait une bonne opération grâce au sans-faute de son fidèle Soleil de Cornu (Qredo de Paulstra). Le « Yes ! » de son équipier, Olivier Robert, résonnait dans le manège dès le dernier obstacle franchi, même si leur écurie Gonin (avec aussi Victoire Echelard) n’était pas encore assurée de remonter dans le classement général… « Je dois finir dans les six premiers pour qu’on monte sur le podium ! », estimait illico Julien Gonin.

Beaucoup d’émotion pour Thibault Pomares

Les dix couples repris en seconde manche (neuf sans-faute et un 1 pt) se sont âprement disputé la victoire de l’étape… Et l’émotion était au rendez-vous pour le vainqueur, Thibault Pomares, double sans-faute le plus rapide (54’’04) avec Sirius du Granit (Orlando Van de Heffinck). «C’est ma première victoire sur le circuit. Je monte Sirius depuis un an et demi et il n’a fait que progresser. Il est tellement respectueux ! », se réjouit ce cavalier de trente-trois ans basé Leguevin, près de Toulouse. C’est également sur ce circuit qu’il avait formé Cliffton (Clinton), vendu l’an passé à Marc Dilasser et sacré champion de France Pro Elite cet été. « J’étais resté un peu sur ma fin avec Cliffton, même si je suis évidemment ravi de son évolution avec Marc. Là, c’est moi qui gagne et normalement je vais continuer à monter Sirius, que j’ai en copropriété avec Romain Jeanclos et Boris Guinier, l’an prochain. »

Le Toulousain a devancé Grégory Cottard associé à Regate d’Aure (Robin II Z), en 54’’26, et Yannick Gaillot en selle sur Contano (Contendro II) en 56’’42. Jérôme Hurel a tenté le tout pour le tout avec Urano pour faire le doublé étape – circuit, mais deux fautes les relèguent à la 6e place. Meilleur chrono (50’’88) mais auteur d’une barre, Julien Gonin prend la 4e place. Une performance qui permet a priori à son équipe de remonter à la 2e place du classement général définitif, mais les derniers calculs de points sont en cours… Résultats définitifs demain !

A voir en images, les meilleurs de la seconde manche