Les hommes forts du Loiret
dimanche 02 juillet 2017

sandillon 2017 podium
Le podium © Catherine Roux

Vingt et un engagés dans le Grand Prix 2* de Sandillon et deux cavaliers seulement iau barrage. Mathieu Durosier et Youri Trotereau se connaissent. Ils ont des écuries distancées de vingt kilomètres. Au final c'est le second nommé qui tire son épingle du jeu avec Pretty de Mescam.

Le Grand Prix du Loiret clôturait une nouvelle édition du CSI 2 étoiles de Sandillon après une annulation l’an passé.Pierre Defrance pose d’ores et déjà les jalons de l’édition de l’an prochain. "Tout sera possible si nous avons le soutien nécessaire en particulier du secteur institutionnel ». Justement le Conseil départemental, partenaire du CSI, pouvait se réjouir des résultats glanés sur ce Grand Prix par les cavaliers du Loiret, Youri Trotereau/ Pretty de Mescam et Mathieu Durosier/ Talinda qui montent sur les deux premières marches du podium devançant l’excellent cavalier Syrien Firas Jnaidy/ Ukraine de Maupry sans faute sur le parcours initial mais pénalisé d’un point de temps dépassé.

Sur le parcours jugé par trop gros mais « délicat », quelques cavaliers déploraient le petit 4 points, à l’exemple de Titouan Schumacher et Jaqui, un fils de Organo Sitte avec lequel il était second dans l’épreuve de vendredi (Il remportait également cette 140 avec Vinci de Saint Siméon). Quant au barrage, les deux cavaliers l’ont joué quasi sur le même tempo et sans faute. Pour sa part, Mathieu Durosier, rentré un peu dépité la semaine passée après les mauvaises prestations de Talinda, fille de Cabdula du Tillard lors du Championnat de France PRO1, se voit rassuré avec cette seconde place.  « La jument n’est pas à l’aise sur l’herbe, cela ne fait maintenant aucun doute. Ici elle s’est comportée d’excellente manière comme c’est en son pouvoir ». De son côté, Youri Trotereau, cavalier des écuries de la Chardonnière empoche la victoire. « La jument ne s’enclenche pas toujours facilement, elle est délicate. Lors du premier tour, elle l’a joué comme d’ordinaire avant de bien s’installer dans le rythme après 3 obstacles. Au barrage, J’y croyais bien sans me poser de question. Nous étions dans le vrai ! ». Une victoire qui confirme la progression de ce cavalier de 27 ans qui a roulé sa bosse entre hexagone et étranger ces dernières années et qui est aujourd’hui également très impliqué avec un panel de jeunes chevaux.