Lianos : disparition d'un champion au parcours atypique
mercredi 09 janvier 2019

Lianos pessoa
A Rome, Rodrigo Pessoa devient l'un des plus jeunes champions du monde avec Lianos. Avant lui, Norbert Koof en 1982 avec Fire, et Gail Greenough en 1986 avec Mr T, première femme championne du monde. Ph. Dirk Caremans.

Lianos, l'ancien crack de Rodrigo Pessoa, avec lequel le Brésilien se parait notamment de l'or aux championnats du monde de Rome en 1998, s'est éteint hier à 32 ans après une belle et longue retraite. Retour sur le parcours atypique d'un cheval qui a marqué l'histoire du saut d'obstacles.

Champion du monde à Rome en 1998 sous la selle de Rodrigo Pessoa, Lianos s'est éteint hier à l'âge de 32 ans. Né et élevé en Allemagne sous le nom de Lauslub, le fils de Landlord n'était pas du tout destiné à la compétition. Accidenté poulain, son éleveuse Anke Philipp le vend à 2 ans, à condition qu'il ne fasse pas de compétition au vu de son physique chétif. Une clause posée oralement, accompagnée d'une transaction de 4000 marks (l'équivalent d'environ 3000€ aujourd'hui) et voilà Lauslub parti pour de nouvelles aventures... qui commencent en ne tenant pas compte de la clause posée par l'éleveuse. 

Difficile de retracer le parcours de Lauslub durant les cinq années qui suivent, mais il intègre en 1994 les écuries néerlandaises de Hans Horn, déjà rebaptisé Lianos, et rejoint le piquet du cavalier Jos Lansink. Encore immature dans son physique, il faudra deux ans au cheval pour prendre ses marques et performer au plus haut niveau : début 96, le couple crève l'écran en remportant les GP de s'-Hertogenbosch et Zurich et en prenant la 2e place du GP de Göteborg. Quelques mois plus tard, après les JO d'Atlanta, auxquels Jos Lansink participe avec Carthago, Hans Horn vend Lianos à l'Italien Vittorio Orlandi, qui le confie dans un premier temps au cavalier Gianni Govoni. Malheureusement, l'entente n'est pas au rendez-vous entre le cheval et le cavalier et le couple se sépare en 1997. Début 1998, Vittorio Orlandi décide de confier son cheval au Brésilien Rodrigo Pessoa. Lianos atterrit alors en Belgique, dans les écuries du père et du fils Pessoa, au moment où Rodrigo envisage de participer aux championnats du monde de Rome avec le crack Tomboy, son acolyte de la médaille de bronze par équipes à Atlanta. Rapidement pourtant, son choix se porte sur Lianos pour l'échéance mondiale, tant le fils de Landlord accumule les bons résultats tut au long de la saison. A quelques semaines des championnats, il s'impose en juin dans le GP de Wiesbaden et signe un double sans-faute dans la Coupe des nations d'Hickstead le mois suivant. 

A Rome, Lianos confirme son excellente forme et son entente avec Rodrigo. En tête après les trois premières manches, le couple se pare finalement de l'or mondial après l'épreuve de la tournante. Assurément la plus belle victoire de la carrière de Lianos, qui aura cependant connu de nombreux autres succès par la suite, à l'instar de ses victoires dans les Grands Prix d'Aix-la-Chapelle (1999), de Calgary (2000 et 2001), de Vérone (2002) ou encore Falsterbö (2003) 

En 2004, Lianos quitte la scène sportive et rejoint les écuries de son propriétaire à Castellazo. Il y coulait depuis près de 15 ans une retraite heureuse et s'est éteint hier à l'âge de 32 ans. " Nous avons vraiment perdu un morceau de notre vie. Lianos nous a tellement donné. Il était au pré ce matin encore (déclaration faite hier, mardi 8 janvier, ndlr). Lorsque les jours le permettaient, il passait deux ou trois heures dans le paddock, en compagnie de quelques poulains", a déclaré non sans émotion Vittorio Orlandi.

Sur Instagram, Rodrigo Pessoa n'a pas manqué d'écrire quelques mots pour le cheval qui aura marqué sa carrière tandis que le magazine italien Cavallo a pris la peine de retracer son histoire avec détail (lire ICI) pour lui rendre un bel hommage.