Nicolas Deseuzes "2018, ma meilleure saison grâce aux conseils de Philippe Guerdat"
jeudi 13 décembre 2018

Nicolas Deseuzes et Quilane de Lezeaux
Nicolas Deseuzes et Quilane de Lezeaux à Genève © Scoopdyga

Nicolas Deseuzes a réalisé une très belle saison 2018, la meilleure de sa vie selon ses dires. Il est revenu sur son année mais tout spécialement sur le CHI de Genève auquel il a participé la semaine dernière avec beaucoup de succès.

Vous êtes retournés au CHI de Genève le week-end dernier où vous vous êtes classé dans trois des cinq épreuves courues, le bilan est plutôt positif n'est-ce pas ? 

Exactement ! C'était parfait pour terminer la saison. C'est le concours le plus proche de chez moi, il est à vingt minutes. J'avais déjà eu la chance d'y aller il y a deux ans. Cette année, j'ai été invité grâce au désistement d'un cavalier. J'ai concouru dans ce qu'ils appellent le médium tour. Je ne pouvais pas concourir dans l'épreuve du jeudi soir, celle des combinaisons et du Grand Prix. Tout est génial là-bas, que ce soit l'organisation, la piste, c'est convivial tout en accueillant le top niveau mondial. Quilane de Lezeaux a un peu de mal sur les petites pistes, alors celles de Lyon ou de Genève lui conviennent vraiment très bien. Avec Stella de Preuilly, j'ai fait une petite faute dans la première épreuve à 140 mais elle était bien. Dans la deuxième épreuve, je craignais à la reconnaissance une combinaison qui nous faisait arriver dans le public. Stella a un peu peur des bords de piste en concours mais elle a encore très bien sauté donc je suis arrivé assez en confiance dans la dernière épreuve où elle a très bien répondu et nous avons terminé sixièmes !

Plus généralement, votre saison 2018 a été ponctuée de bons moments, quel est votre bilan 2018 ? 

Depuis que je fais de la compétition, 2018 était sans aucun doute ma meilleure saison, que ce soit au niveau des gains mais aussi au niveau de ma position dans le classement mondial. Je suis 109e au mois de décembre, mes résultats à Genève vont sûrement me permettre de grappiller quelques places encore. C'est la première fois que je suis si bien placé dans le classement mondial. Normalement, en 2019, je devrais avoir plus de facilité pour accéder aux gros concours. Toutefois je n'ai pas un piquet de chevaux qui me permet d'aller courir des CSI 5* tous les week-ends. J'aimerais bien en faire un tous les mois ou tous les deux mois, ce serait super. 

Est-ce qu'il y a eu un déclic particulier pour obtenir ces résultats ou est-ce qu'ils sont simplement la continuité d'un travail de longue haleine ? 

J'ai travaillé depuis longtemps mais je reviens de loin : j'ai commencé à concourir le challenge d'hiver des Yvelines en tant que cavalier de club. Je me suis amélioré d'année en année puis j'ai récupéré Quilane et j'ai découvert le haut-niveau. En 2016, elle a réalisé une saison exceptionnelle en se classant dans tous les Grands Prix qu'elle a couru. En 2017, des portes se sont ouvertes et j'ai été partout. Dès que l'on me proposait un concours 5* j'y suis allé et j'ai un peu fatigué Quilane. Ma saison 2017 a été moins bonne, j'ai fait des concours un peu trop durs pour elle. A la fin de l'année, j'étais au Maroc et Philippe Guerdat m'a conseillé de mettre ma jument au repos. Moi j'avais plutôt prévu d'aller en concours tout l'hiver mais j'ai écouté ses conseils. En 2018 j'ai redémarré la jument à Oliva, elle était royale. Elle avait vraiment besoin d'un break de deux mois. Je pense que c'est grâce à Philippe que ma saison 2018 a été aussi bonne. En 2017 j'ai couru de beaux concours, des CSI 5* très bien dotés mais j'ai tout raté en faisant des 4pts, 8pts ou 12pts. En 2018, j'ai fait bien plus de CSI 3* que de 5*, ma jument a pris des gains et des points, elle a aussi gagné en confiance et quand j'ai fait un 5* - à Lyon en l'occurence- elle a répondu présent. C'est une jument avec beaucoup d'énergie et de frappe. Si on en fait trop, elle se fatigue et ne saute plus bien. 

Nous connaissons bien Quilane de Lezeaux, Stella de Preuilly et Ulloa du Trèfle, avez-vous des chevaux capables de les épauler sur les beaux concours ? 

J'ai une petite dizaine de chevaux en formation pour les aider mais ils n'auront que sept ans l'année prochaine donc ils ne vont pas être prêts tout de suite. Le seul qui risque de venir compléter mon piquet de tête c'est Davignon KDW Z. Il va prendre huit ans, il a été très performant cette année, il devrait commencer les épreuves rankings l'été prochain.