Patrice Delaveau : « Ça fait du bien de gagner ! »
mardi 31 janvier 2017

paris 2015 Patrice Delaveau et Lacrimoso HDC
Patrice Delaveau et Lacrimoso HDC © www.scoopdyga.photo

Un peu moins en réussite ces derniers mois, Patrice Delaveau a retrouvé le sourire le week-end dernier au CSI4* d’Amsterdam où il a remporté le Grand Prix 150 du samedi avec Aquila-HDC et le Grand Prix 160 du dimanche avec Lacrimoso 3-HDC. Son objectif ? Retrouver le Top 30 au plus vite.

Vos deux victoires à Amsterdam sont de bonne augure pour 2017.

Je l’espère ! ça fait du bien de gagner car ce n’était pas trop la joie ces derniers temps dans les résultats... Il fallait qu’on prenne nos marques avec Aquila, et que Lacrimoso et Carinjo se remettent en route. Ils ont tous les trois très bien sauté, maintenant il faut que ça dure !

Quelles sont les principales qualités d’Aquila ?

Aquila est extrêmement respectueux et très compétitif donc, avec ça, on peut déjà faire un sacré bout de chemin ! Après, c’est une question de confiance, de complicité, et on commence à mieux se connaître. On continue notre progression. 

Lacrimoso fait, lui, un retour gagnant.

Oui, mais ça a été dur pour lui. Il a eu du mal à retrouver ses marques et son niveau après son arrêt (de fin mars à mi-novembre, ndla). Là encore, le premier jour à Amsterdam, il a fait deux fois 4 points dans l’épreuve en deux manches. Ce n’était pas encore ça, mais il a bien sauté dans le Grand Prix. Ce n’est pas encore le Lacrimoso qu’on a pu connaître, ça va prendre du temps pour qu’il revienne à son meilleur niveau. Il n’y a pas de recette miracle. C’est la répétition des concours qui va nous dire quand il reviendra vraiment au top, mais il recommence à gagner donc on est sur le bon chemin.

Et quelles sont vos sensations avec Carinjo ?

Il reprend aussi après un long arrêt (de début avril à mi-novembre, ndla). Et il a seize ans, donc on ne va a priori plus lui faire refaire de très gros Grands Prix, mais il est au top pour les épreuves intermédiaires. Pour l’instant, Carinjo est bien dans ces épreuves là. C’est plus facile pour lui donc ça lui donne le moral. Pour les Grands Prix 5*, je peux cette année compter sur Aquila, Lacrimoso et Léontine, que j’ai laissée un peu tranquille après une fin de saison chargée, mais qui poursuit également sa progression.

Entre les départs en retraite d’Orient Express-HDC et Ornella Mail-HDC et les blessures de vos autres chevaux de tête, vous êtes, pour la première fois depuis des années, sorti du Top 30. Un handicap ?

Evidemment. Etre redescendu à la 53e place du classement mondial est embêtant, parce que ça complique l’élaboration des programmes. Mon but est de retrouver une place dans le Top 30 au plus vite pour pouvoir faire ce que je veux sans avoir à demander à droite et à gauche ni attendre les invitations. Je vais ce week-end à Bordeaux avec Lacrimoso, Aquila et Léontine, puis je participerai au CSIO à Abu Dhabi avec Aquila et Carinjo.

Photo d'archive