Première réussie pour Téteghem
samedi 10 février 2018

Téteghem
Une quinzaine d'épreuves sont sont enchainées dans le grand manège des écuries du Prédembourg, à Téteghem. © Photo Studio Taine

Après la reprise du centre équestre de Téteghem (59) en avril 2017, Charles Berteloot a organisé dimanche son premier CSO en indoor. Près de 180 cavaliers y ont participé.

Pour une première, c’est une réussite”, concède le jeune gérant des écuries du Prédembourg, situées à Téteghem. Après avoir repris les rênes du centre équestre l’année dernière, Charles Berteloot n’a pas attendu longtemps avant de convier les cavaliers pour une première journée de compétition, ouverte aux catégories poney, club et amateur. “Nous avons eu 179 engagements très précisément, pointe le repreneur de 26 ans, dont le papa, Bertrand, est le gérant de la ferme de Sainte-Foy situé aux Moëres (59). Lorsque l’on organise un premier concours, on ne sait pas trop si les gens vont venir. Là, on a été agréablement surpris”. De 8h30 à 18h, quinze épreuves se sont enchaînées dans le grand manège du centre équestre. “Avec nos deux manèges, tout se fait en intérieur, poursuit Charles Berteloot. En cette période, c’est plutôt appréciable.” Le gérant, pour sa première, a également pu compter sur le soutien de ses fournisseurs, CWD, Sanders, Gan, Crédit Mutuel et Terres et Eaux, qui ont donné un coup de pouce à l’événement. “C’est toujours plus sympa de pouvoir offrir des lots aux cavaliers sans faute”, souligne le Nordiste.

Les écuries font le plein

Après l’acquisition de la structure mise en liquidation en 2016, le dirigeant a choisi de refaire le sol du manège en intégralité et a rouvert l’école d’équitation le 1er septembre. Aujourd’hui, les écuries du Prédembourg comptent 70 chevaux, dont environ la moitié sont des chevaux de propriétaires. “L’activité a très vite repris et aujourd’hui, je n’ai plus que deux boxes de vide, indique Charles Berteloot. Le centre compte 250 licenciés, ce qui est plutôt bien pour une première année”.

Dans moins de deux semaines, le 18 février, une autre compétition de saut est prévue. En mars, ce sera au tour des dresseurs, catégorie club, d’en découdre. “Et puis, il y aura un dernier concours en novembre, précise Charles Berteloot. L’an prochain, j’espère pouvoir organiser encore plus de compétitions. Je m’y suis pris un peu tard cette année et n’ai pu organiser que ces quatre journées de concours.” Et le Nordiste ne manque pas de projets : à terme, il aimerait également refaire le sol de sa carrière extérieure (80 x 40), pour organiser également des concours à la belle saison…