Retraite sportive pour Winningmood après Bercy
mardi 10 avril 2018

Parmi les 25 chevaux du concours international qui se courra en parallèle de la finale Coupe du monde, il en est un qui s'est montré particulièrement fringuant ce matin à la visite vétérinaire : l'étalon belge de la cavalière portugaise Luciana Diniz, Winningmood, qui fera sa dernière apparition sur une piste sportive samedi à l'AccorHotels Arena. Le cheval gris de 19 ans a été un élément important dans l'évolution de la carrière de sa cavalière : « C'est lui qui m'a permis de franchir un cap, de jouer avec les plus grands après la période de Dover. C'est un cheval très calme. Mais c'est surtout un cheval qui a quelque chose d'humain et de généreux ». Pourtant, ce ne fut pas le coup de foudre au premier regard : « Édouard (de Rothschild, son propriétaire) avait essayé d'attirer mon attention sur le cheval, mais je lui ai tout de suite dit que, vu son physique, ce n'était pas un cheval pour moi. Et pourtant, un an plus tard, en avril 2009, Édouard m'a convié chez lui pour essayer Winningmood. Dès que je me suis assise sur le cheval, j'ai eu le coup de foudre. En fait, c'était un cheval de rêve ». Et les résultats sont arrivés dans la foulée : « Dès notre première saison, il était double sans-faute dans le Grand Prix du samedi à Aix-la-Chapelle. L'année suivante, il est 4e de la Finale de la Coupe du monde de Genève et en 2011, nous terminions 9èmes du Championnat d'Europe individuel à Madrid. Nous avons manqué le podium pour une barre de trop sur le dernier obstacle ».
Mais le cheval y remportera le Grand Prix en 2015 (une belle revanche), et d'autres encore comme celui de Vienne la même année. « Et puis, il y a eu cette presque victoire, perdue sur le dernier obstacle, dans le Grand Prix d'Aix-la-Chapelle en 2011 (4es) : un moment très fort ». Winningmood tirera donc sa révérence samedi soir après le Grand Prix Equithème : « Il partira au haras, je me suis faite à cette idée, mais Édouard sait que c'est mon cheval, qu'il fait partie de ma vie. Alors, entre les saisons de monte, il reviendra chez moi et continuera à travailler. Il aime les concours, il aime travailler, il a besoin de ça ».