Rhino pneumonie : Marcq-en-Baroeul annule son CSI1*
vendredi 10 mars 2017

EDHEC Jumping avers
EDHEC Jumping avers © EDHEC

Suite au cas déclaré de rhino pneumonie dans le Pas-de-Calais, le CSI1* de Marcq-en-Baroeul, qui devait se tenir du 17 au 19 mars, est finalement annulé. Les étudiants organisateurs de la manifestation sont évidemment très déçus.

“On n’a pas hésité, on ne voulait pas prendre de risque, pointe Lisa Klingelhoefer, étudiante et chargée des relations publiques au sein de l’association organisatrice. Dès que nous avons été informés de la détection de la rhino pneumonie dans la région, on a décidé d’annuler notre international”. La compétition marquait le début de la saison internationale dans le Nord/Pas-de-Calais. Après plusieurs éditions organisées en Lorraine, l’EDHEC Jumping, du nom de l’école de commerce qui se situe à Roubaix, devait ainsi être de retour au centre équestre René Dujardin, en banlieue lilloise.

Notre dernière édition à Marcq s’y était tenue en 2012, pointe l’étudiante. C’est dommage, nous avions un beau programme, avec des épreuves qui devaient également rassembler des étudiants d’autres écoles. Mais les circonstances font que nous n’avons pas vraiment le choix. Trois cavaliers avaient d’ores et déjà décidé d’annuler leur venue. Nous avons contacté tous les autres, certains ont été déçus. Mais sans doute pas autant que nous, c’est le travail de tout une année qui ne sert à rien. La vingtaine d’étudiants de l’école de commerce qui participent à l’organisation de l’événement avaient initié de nombreuses démarches pour trouver des partenaires et avaient notamment pu financer une bonne partie de la réfection du sol du manège. Nous avons appelé les sponsors, ils comprennent évidemment mais rien ne nous dit qu’ils seront de nouveau à nos côtés l’an prochain, poursuit Lisa Klingelhoefer. Les étudiants ont réfléchi à mettre en place un concours amateurs cette année, à Marcq, mais le calendrier est déjà établi. On n’a pas la possibilité d’intercaler une date à la dernière minute, conclut l’étudiante. Je crois qu’on va se concentrer sur 2018. On aimerait vraiment faire repartir ce concours. J’espère que les circonstances seront propices…”