Sameh El Dahan : "Je ne devais même pas aller à Calgary"
jeudi 15 novembre 2018

Sameh El Dahan Suma's Zorro CSI 5* Calgary 2018
Sameh El Dahan et Suma's Zorro © Rolex Grand Slam of Show Jumping / Ashley Neuhof

Monté en puissance tout au long de la saison, Sameh El Dahan s'est imposé en septembre dans le Grand Prix de Calgary, devenant le nouveau challenger du Rolex Grand Slam. Toujours associé à Suma's Zorro, l'Egyptien sera au départ du CHI de Genève pour défendre ses chances dans la course au super bonus pour le vainqueur des quatre étapes du circuit. Si il s'imaginait mal s'imposer à Spruce Meadow, il a maintenant fait le plein de confiance et se voit bien enchaîner deux victoires consécutives en Majeur.

Le 9 septembre 2018, Sameh El Dahan s'imposait dans le Grand Prix de Calgary aux rênes de Suma's Zorro. Celui qui avait déjà crée la surprise en s'imposant dans le GP du Paris Eiffel Jumping en juillet ajoutait un Majeur du Grand Slam à son palmarès et son nom sur les tableaux des honneurs aux côtés d'icônes telles qu'Eric Lamaze, Nick Skelton et les Whitaker. "Un honneur", pour l'Egyptien de 33 ans, installé aux Sycomore Stables, un domaine qui appartient à Joanne Sloan Allen, également propriétaire de Suma's Zorro. Cian O'Connor a permis au cavalier et à la propriétaire de se rencontrer en 2011. "Le cavalier de Joanne venait de se casser le bras, elle a appelé Cian pour savoir si il avait quelqu'un à lui recommander. Je devais justement travailler avec lui pour le Sunshine Tour, il lui a parlé de moi et c'est ainsi qu'a débuté notre merveilleux partenariat", explique Sameh. 

Monté en puissance tout au long de la saison, se classant notamment régulièrement lors d'épreuves intermédiaires des étapes du Global Champions Tour avant de s'imposer à Paris, le cavalier visait avant tout les JEM cette année et n'avait initialement pas inclus le CSI 5* de Spruce Meadow à son programme. "Mais Joanne, la propriétaire de Zorro, avait un bon pressentiment et a insisté pour qu'on y aille. Je ne pouvais pas décemment le lui refuser. Je suis quelqu'un de positif et j'espère toujours de bons résultats en compétition, pourtant il me semblait peu probable que nous gagnions à l'époque", avoue le vainqueur de Calgary. "Je me suis dit que nous irions pour faire de notre mieux"

Désormais en lice pour le Rolex Grand Slam, le cavalier sera au CHI de Genève, prochaine étape du grand chelem. "J'ai un cheval merveilleux. Si nous faisons tout correctement et si tout se déroule comme il faut le jour J, je pense que nous avons de très bonnes chances en Suisse", poursuit celui qui avait commencé des études de médecine avant de réaliser qu'il voulait être cavalier professionnel. Un pari un peu fou, "mais j'ai eu la chance que de nombreux propriétaires me confient leurs chevaux à monter. Quand j'ai eu dix chevaux dans mon écurie, je me suis dit que j'arriverais à faire quelque chose de moi", retrace non sans humour Sameh. Le cavalier qui dit ne jamais abandonner a par ailleurs passé son diplôme de médecine bien qu'il n'envisageait plus d'exercer. Si il montre autant de persévérance dans sa course après le super bonus du Grand Slam, l'Egyptien pourrait bien surprendre !